Category Archives: Google Africa Blog

Google Africa Blog

Making it easier to Search in Swahili

Habari ya leo? Swahili is one of the most spoken African languages and we’re now making it much easier for the over 100 million Swahili speakers to search for things they care about. When someone conducts a search, they want answers as quickly as possible. To help Swahili speakers discover new information more easily, we’re now making the Google Knowledge Graph available in Swahili. So next time a Swahili user is searching for Nobel Peace Prize winner Wangari Maathai, we’ll show them things, not strings – and they’ll instantly get information that’s relevant to their query such as Wangari’s date of birth, her awards, or related books about her.



The image on the right hand side shows you the new search experience pulling information from the Knowledge Graph

The Knowledge Graph enables you to search for things, people or places that Google knows about—landmarks, celebrities, cities, sports teams, buildings, geographical features, movies, celestial objects, works of art and more. It’s not just rooted in public sources such as Freebase, Wikipedia and the CIA World Factbook, it’s also augmented at a much larger scale—because we’re focused on comprehensive breadth and depth. The Knowledge Graph is currently available in 59 languages, mapping out how more than 1 billion things in the real world are connected, and over 70 billion facts about them. And it’s tuned based on what people search for, and what we find out on the web, improving results over time.

We’ve now rolled out the Knowledge Graph in Swahili to users around the world. We hope that this update will make Search an even better experience for the millions of Swahili speakers in East Africa.

Posted by Ankita Goel, Senior Product Manager
 ====


La recherche simplifiée en swahili 


Comment allez-vous aujourd'hui ? Le swahili étant l’une des langues africaines les plus utilisées, nous offrons désormais la possibilité à plus de 100 millions de Swahilis de faire des recherches bien plus facilement sur les sujets qui les intéressent. Et parce que nous voulons tous avoir le plus rapidement possible les résultats de nos recherches Internet, nous proposons désormais le Knowledge Graph en swahili, pour que les personnes qui parlent swahili puissent découvrir de nouveaux contenus plus facilement. Ainsi, lorsqu’un internaute fera une recherche en swahili sur Wangari Maathai, Prix Nobel de la paix, il obtiendra instantanément des informations pertinentes associées telles que sa date de naissance, les prix qui lui ont été décernés, les ouvrages qui lui ont été consacrés : la recherche ne se limitera pas à retrouver les mots-clés identiques, elle sera élargie aux concepts (ou entités) associés.



Le Knowledge Graph permet de chercher des informations pertinentes sur des concepts, des personnes ou des lieux que Google connait : des monuments, des célébrités, des villes, des équipes de sport, des bâtiments, des éléments géographiques, des films, des objets célestes, des œuvres d’art et bien plus. La recherche ne se limite pas aux sources d'information publique telles que Freebase, Wikipedia ou le World Factbook de la CIA. Le Knowledge Graph porte sur une échelle beaucoup plus large, pour apporter toujours plus d'ampleur et de profondeur à la recherche. Le Knowledge Graph, actuellement disponible en 59 langues, recense plus d’un milliard d'entités du monde réel et les relations qui les lient les unes aux autres, et plus de 70 milliards de faits les concernant. Il est configuré à partir des recherches des internautes et du contenu disponible sur la toile. Tout cela permet d’améliorer les résultats au cours du temps.



Dès à présent, nous lançons le Knowledge Graph en swahili pour les internautes du monde entier. Nous espérons que cette nouvelle version améliorera l’expérience de recherche pour les millions de personnes parlant swahili en Afrique de l’Est. 

Publié par : Ankita Goel, Senior Product Manager

 ====


Kurahisisha Utafutaji katika Kiswahili 

Habari ya leo? Kiswahili ni mojawapo ya lugha maarufu za Afrika na kina watumiaji zaidi ya milioni 100. Sasa tunawarahisishia watumiaji hawa shughuli ya kutafuta vitu wanavyotaka. Mtu anapotafuta hoja, huwa anataka majibu haraka iwezekanavyo. Ili kuwasaidia watumiaji wa Kiswahili wagundue maelezo mapya kwa urahisi zaidi, sasa tunafanya Grafu ya Maarifa ya Google ipatikane katika Kiswahili. Hii inamaanisha kuwa endapo mtumiaji wa Kiswahili atatafuta Wangari Maathai, mshindi wa Tuzo ya Amani ya Nobel, hatutamwonyesha mfululizo wa sentensi - atapata maelezo yanayohusiana na hoja yake kama vile tarehe aliyozaliwa Wangari, tuzo alizopata au vitabu vilivyoandikwa kumhusu.



Grafu ya Maarifa inakusaidia kutafuta vitu, watu au maeneo ambayo Google inatambua - maeneo muhimu, watu mashuhuri, miji, timu za michezo, majengo, vipengele vya kijiografia, filamu, vitu vya angani, kazi za sanaa na zaidi. Haiangazii tu vyanzo vya umma kama vile Freebase, Wikipedia na CIA World Factbook, bali pia imeboreshwa kwa kiasi kikubwa mno—kwa sababu tunalenga upana na undani wa hoja. Grafu ya Maarifa kwa sasa inapatikana katika lugha 59, inaonyesha jinsi zaidi ya vitu bilioni 1 vinahusiana katika hali halisi, na zaidi ya hoja halisi bilioni 70 zinazovihusu vitu hivyo. Na imewekwa kulingana na hoja ambazo watu wanatafuta na mambo tunayopata kwenye wavuti. Hali hii huboresha matokeo kila wakati.



Sasa tumezindua Grafu ya Maarifa katika Kiswahili kwa watumiaji duniani kote. Tunatarajia kwamba sasisho hili litaboresha huduma ya Utafutaji kwa watumiaji wa Kiswahili katika Afrika Mashariki.

Mwandishi: Ankita Goel, Meneja Mkuu wa Bidhaa

Google for Nigeria: Making the internet more useful for more people

Today, at our second Google for Nigeria event, we announced more products and programs to help more people in Nigeria and across Africa benefit from the opportunities the web has to offer.

Google Station: high-quality Wi-Fi hotspots across Nigeria

Access to the internet in Africa is growing but it’s still limited. Only 35 percent of Africans have access to the web, compared to 48 percent in Asia, 67 in Latin America, 85 in Europe and 95 in North America. Many internet users in Africa don’t have Wi-Fi in their homes, relying instead on the few public Wi-Fi hotspots to connect, communicate and learn.

HE, Vice President of the Federal Republic of Nigeria,  Professor Yemi Osinbajo (SAN) at the launch of Google Station in Lagos. 
Today, we’re announcing Google Station for Nigeria: a program to provide high-quality, high-speed Wi-Fi hotspots in partnership with 21st Century, one of the largest fiber network providers in Nigeria.

Google Station will be rolling out in 200 locations in five cities across Nigeria by the end of 2019, bringing Wi-Fi to millions of people. Sites will include markets, transport hubs, shopping malls, universities and more. Nigeria is the fifth country in which we’re launching Google Station, after India, Indonesia, Thailand and Mexico.




Google Go: Listen to webpages read out loud

In April we launched Google Go, an app that makes it easy for people to discover the best of the internet, even on low-RAM smartphones or unstable network connections.

Today, we’re taking this further by announcing a new feature within Google Go that reads webpages out loud and highlights each word so you can follow along. It's a new and easier way of using the web and it will be available for billions of pages and in 28 languages in the coming weeks. So whether you’re learning something new, need to have your hands free, or just want to kick back and let your phone do the work, Google can read it for you.

Google Search & Maps: Helping you find what you need

In March, we launched our job search experience in Nigeria, Kenya and South Africa and this week, we’re expanding it to another 32 countries in Africa. In Nigeria, we’re also launching a new Search experience that allows you to explore health conditions based on symptoms. And our new recipe search experience helps you easily explore options for popular meals when you need them. Jollof anyone?

On Google Maps Go, we’re launching a navigation feature so that users with low memory phones or unstable network connections can use turn-by-turn directions whether you’re travelling by car, by bus or on foot.

We’re also launching more Nigerian landmarks and natural wonders on StreetView, so that Nigerians and others can discover more of the country. You can now virtually tour the National Museum in Lagos, Olumo Rock in Abeokuta, the Millenium Park in Abuja, Lekki Conservation Centre and many others—all from your phone.



YouTube Go: More control over downloaded videos

A year ago we introduced YouTube Go, designed to improve your experience when watching videos on a slower network, give you control over the amount of data used streaming or saving videos, and to let you share videos with friends nearby.

We’ve heard from people that they’d like to browse downloaded YouTube Go videos right from their gallery. So later this year, you’ll be able to do just that. With the launch of the .yt video file, your downloaded YouTube Go videos will behave more like files, enabling you to also share videos via various apps or delete them in bulk. One tap on the video and it automatically plays back within YouTube Go. 



Growing with Google 

A year ago, we announced initiatives aimed at getting people the right skills and tools to make the digital world work for them, their businesses and their communities.

As of today, our digital skills program has trained more than 2.5 million Africans as we aim to reach the 10 million promised. We’ve also trained more than 9,000 Africans developers who are on their way to becoming Google certified. And together with our partners Udacity and Andela, we’ve provided 15,000 two-month “single course” scholarships and 500 six-month nanodegree scholarships to aspiring and professional developers across Africa.


Supporting startups and non-profit organizations

In March, we kicked off the first class of Launchpad Accelerator Africa, our program to provide over $3 million in equity-free support to African tech startups including mentorship, working space and access to technology. Twelve startups graduated, with more than 20 teams from Google and 40 mentors from nine countries supporting them. The startups have directly created 132 jobs and, between them, have raised over $7 million in funding. Their products are being used by approximately 4.5 million people.

The ongoing Google Impact Challenge forms a part of our $20 million Google.org commitment to Africa over the next five years. We closed the application process with more than 5,500 entries. We’re now in the process of selecting 36 nonprofit and social enterprise innovators who have the best uses of technology to tackle Africa’s biggest challenges. 



Android Go: Bringing the power of computing to more people

We want people coming online for the first time to have a powerful and reliable smartphone experience. That's why this year we launched Android 8.1 (Go Edition) in Nigeria and 29 other African countries. Android Go is a configuration of Android optimised for smartphones with 1GB of RAM memory or less. By enhancing our pre-installed Google apps to take up 50 percent less space, we’ve doubled the amount of available storage on entry-level devices.

Across Africa, Transsion, Nokia, Huawei, and Mobicel have launched various devices, starting at just over 17,000 Naira. Through Android Go, we’re enabling entry-level devices to be affordable, fully functioning smartphones that can browse the web and use apps.

This is all part of our aim of helping more people to get access to computing, and of our ongoing commitment to building platforms and products that are useful for billions and that help people to make the most of the internet.

Juliet Ehimuan-Chiazor
Country Director, Google Nigeria


 ====


Google pour le Nigéria : rendre Internet plus utile pour davantage de personnes
Aujourd'hui, à l'occasion de notre deuxième événement Google pour le Nigéria, nous avons présenté de nouveaux produits et programmes destinés à permettre à un plus grand nombre de personnes au Nigéria et dans les autres pays africains de bénéficier des possibilités offertes par le Web.


Google Station : points d'accès Wi-Fi de haute qualité sur l'ensemble du territoire nigérian
Bien que l'accès à Internet gagne du terrain en Afrique, il reste limité. Seuls 35% des Africains ont accès à Internet, contre 48% en Asie, 67 en Amérique latine, 85 en Europe et 95 en Amérique du Nord. En Afrique, de nombreux utilisateurs Internet n'ont pas le Wi-Fi chez eux ; ils se servent donc de rares points d'accès Wi-Fi publics pour se connecter, communiquer et apprendre.

Aujourd'hui, nous présentons Google Station pour le Nigéria, un programme destiné à fournir des points d'accès Wi-Fi haut débit de qualité en partenariat avec 21st Century, l'un des plus importants fournisseurs de réseau à fibre du pays.

Google Station sera mis en place à 200 endroits dans cinq villes du Nigéria d'ici à la fin de l'année 2019, ce qui permettra à des millions de personnes d'avoir accès au Wi-Fi. Ces endroits incluront notamment des marchés, des infrastructures de transport, des centres commerciaux et des universités. Le Nigéria est le cinquième pays dans lequel nous lançons Google Station, après l'Inde, l'Indonésie, la Thaïlande et le Mexique.


Google Go : lecture à haute voix de pages Web
En avril, nous avons lancé Google Go, une application qui permet de profiter aisément d’Internet, même sur les smartphones avec une capacité de mémoire limitée ou sur des connexions capricieuses.

Nous allons désormais plus loin et présentons une nouvelle fonctionnalité de Google Go qui lit à haute voix des pages Web tout en surlignant les mots prononcés pour vous permettre de suivre la lecture. Cette nouvelle manière, simplifiée, d'utiliser Internet sera disponible pour des milliards de pages et dans 28 langues au cours des semaines à venir. Si vous souhaitez acquérir de nouvelles connaissances, si vous avez besoin de garder les mains libres, ou si vous voulez simplement vous détendre et laisser votre téléphone faire le travail, Google peut lire du contenu pour vous.


Google Search et Google Maps : vous aident à trouver ce que vous cherchez
En mars, nous avons lancé notre outil de recherche d'emploi au Nigéria, au Kenya et en Afrique du Sud. Cette semaine, nous allons l'étendre à 32 autres pays africains. Au Nigéria, nous lancerons également un nouvel outil de recherche qui permettra d'examiner ses conditions de santé à partir de symptômes. En outre, notre nouvel outil de recherche de recettes vous permet d'étudier facilement différents choix de plats populaires lorsque vous en avez besoin. Avez-vous envie du riz jollof ?

Quant à Google Maps Go, nous y ajouterons une fonctionnalité de navigation qui permettra aux utilisateurs dotés d'un téléphone mobile avec une capacité de mémoire limitée ou d'une connexion capricieuse d'utiliser la navigation étape par étape, qu'ils voyagent en voiture, en bus ou à pied.

Nous allons également intégrer plus de points de repère et de sites naturels nigérians dans StreetView afin que les Nigérians et d’autres personnes puissent mieux connaître le pays. Il est désormais possible de visiter virtuellement le Musée national à Lagos, le rocher d'Olumo à Abeokuta, le Centre géographique du Nigéria à Abuja, le Centre de conservation de Lekki, et bien d'autres sites – tout cela à partir d'un téléphone mobile.


YouTube Go : meilleur contrôle sur les vidéos téléchargées
Il y a un an, nous avons lancé YouTube Go, une application conçue pour améliorer l'expérience de visualisation de vidéos lorsque la connexion est lente. Elle permet de contrôler la quantité de données utilisées pour regarder une vidéo en streaming ou la télécharger, et de partager des vidéos avec des amis situés à proximité.

Certains utilisateurs nous ont signalé qu'ils aimeraient parcourir les vidéos téléchargées sur YouTube Go directement à partir de leur galerie. Cela sera possible avant la fin de l'année. Grâce au lancement du fichier vidéo .yt, les vidéos que vous téléchargerez sur YouTube Go se comporteront davantage comme des fichiers, ce qui vous permettra de les partager par le biais de diverses applications ou d'en supprimer une grande quantité. Il suffit d'appuyer sur la vidéo pour qu'elle soit automatiquement lue dans YouTube Go.


Se développer avec Google
Il y a un an, nous avons présenté des initiatives destinées à doter leurs bénéficiaires de compétences et d'outils appropriés afin que le monde numérique leur profite directement, mais aussi à leurs activités et communautés.

À ce jour, notre programme de compétences numériques nous a permis de former plus de 2,5 millions d'Africains sur les 10 millions prévus. Nous avons également formé plus de 9000 développeurs africains qui sont en passe d'obtenir une certification Google. En outre, en partenariat avec Udacity et Andela, nous avons octroyé 15 000 bourses pour une formation spécifique de 2 mois et 500 bourses pour suivre un Nanodegree d’une durée de 6 mois à des développeurs aspirants ou professionnels de plusieurs pays africains.


Soutien en faveur de start-ups et d'organisations à but non lucratif
En mars, nous avons lancé la première classe du programme Launchpad Accelerator Africa destiné à fournir une aide financière de plus de 3 millions de dollars à des start-ups technologiques basées en Afrique. Ce programme prévoit de l’accompagnement, la mise à disposition d’espaces de travail et un accès à la technologie. 12 start-ups ont été sélectionnées, soutenues par plus de 20 équipes de Google et 40 mentors de neuf pays. Ces start-ups ont directement créé 132 emplois et, ensemble, elles ont récolté plus de 7 millions de dollars. Leurs produits sont utilisés par environ 4,5 millions de personnes.

Le Google Impact Challenge, qui se poursuit, fait partie de l'investissement de 20 millions de dollars prévu par Google.org pour l'Afrique au cours des 5 prochaines années. Nous avons clôturé le processus de candidature après avoir reçu plus de 5500 demandes. Nous sommes à présent engagés dans le processus de sélection des 36 innovateurs à but non lucratif et entreprises sociales qui utilisent le mieux la technologie pour s'attaquer aux plus grands défis auxquels est confrontée l'Afrique.


Android Go : rendre l'informatique accessible à un plus grand nombre de personnes
Nous souhaitons que les personnes qui se connectent pour la première fois bénéficient d'une technologie performante et fiable sur leur smartphone. C'est pourquoi nous avons lancé cette année Android 8.1 (Go Edition) au Nigéria et dans 29 autres pays africains. Android Go est une configuration d'Android optimisée pour les smartphones dotés de 1 Go de mémoire, voire moins. En améliorant nos applications Google pré-installées afin qu'elles prennent 50% d'espace en moins, nous avons doublé la capacité de stockage disponible sur les appareils d'entrée de gamme.

Sur tout le territoire africain, Transsion, Nokia, Huawei et Mobicel ont lancé plusieurs appareils qui coûtent à partir de 17 000 nairas. Grâce à Android Go, les appareils d'entrée de gamme sont désormais des smartphones accessibles et pleinement opérationnels, qui permettent de naviguer sur Internet et d'utiliser des applications.

Tout cela fait partie intégrante de notre objectif, qui est d'aider davantage de personnes à avoir accès à l'informatique, et de notre investissement permanent dans le développement de plates-formes et de produits utiles à des milliards de personnes et qui aident chacun à profiter au maximum d'Internet.

Publié par Juliet Ehimuan-Chiazor
Directrice de pays, Google Nigéria

Google AI in Ghana

We've seen people across Africa do amazing things with the internet and technology—for themselves, their communities and the world. Over the past 10 years in which Google has had offices in Africa, we've been excited to be a part of that transformation. Ultimately 10 million Africans will benefit from our digital skills training program with 2 million people having already completed the course, and we’re supporting 100,000 developers and over 60 tech startups through our Launchpad Accelerator Africa. We’re also adapting our products to make it easy for people to discover the best of the internet, even on low-RAM smartphones or unstable network connections.





In recent years we've also witnessed an increasing interest in machine learning research across the continent. Events like Data Science Africa 2017 in Tanzania, the 2017 Deep Learning Indaba event in South Africa, and follow-on IndabaX events in 2018 in multiple countries have shown an exciting and continuing growth of the computer science research community in Africa.


Today, we’re announcing a Google AI research center in Africa, which will open later this year in Accra, Ghana. We’ll bring together top machine learning researchers and engineers in this new center dedicated to AI research and its applications.



We’re committed to collaborating with local universities and research centers, as well as working with policy makers on the potential uses of AI in Africa. On a personal note, both of the authors have ties to Africa—Jeff spent part of his childhood in Uganda and Somalia, and Moustapha grew up in Senegal. As such, we’re excited to combine our research interests in AI and machine learning and our experience in Africa to push the boundaries of AI while solving challenges in areas such as healthcare, agriculture, and education.
AI has great potential to positively impact the world, and more so if the world is well represented in the development of new AI technologies. So it makes sense to us that the world should be well represented in the development of AI. Our new AI center in Accra joins the list of other locations where we focus on AI, including Paris, Zurich, Tokyo, Beijing, Montreal, Toronto, Seattle, Cambridge/Boston, Tel Aviv/Haifa, New York, and our Mountain View/San Francisco headquarters. If you’re a machine learning researcher interested in joining this new center, you can apply as a Research Scientist or a Research Software Engineer. You can also view all our open opportunities on our site.



Posted by Jeff Dean, Senior Fellow, Google AI, and Moustapha Cisse, Staff Research Scientist and lead of Google AI Center Accra





 ====



Google AI au Ghana
Nous avons vu les Africains réaliser à travers le continent des choses incroyables avec Internet et les nouvelles technologies, pour eux, pour leur communauté et pour le monde entier. Nous sommes heureux d’avoir pris part à cette transformation, depuis ces dix dernières années où Google a ouvert des bureaux en Afrique. Au final, 10 millions d’Africains bénéficieront de notre programme de formation aux technologies numériques. Deux millions ont déjà suivi la formation et nous accompagnons 100 000 développeurs et plus de 60 start-ups technologiques dans le cadre de notre programme Launchpad Accelerator Africa. Nous adaptons également nos produits pour permettre au plus grand nombre de profiter aisément d’Internet, même sur les smartphones de capacité de mémoire limitée ou avec des connexions capricieuses.


Nous avons constaté depuis quelques années que la recherche sur l'apprentissage automatique suscitait un intérêt croissant à travers le continent. Les événements tels que Data Science Africa 2017 en Tanzanie, le 2017 Deep Learning Indaba en Afrique du Sud et les différents IndabaX qui se sont tenus en 2018 dans plusieurs pays, ont montré que la communauté des chercheurs en informatique était en pleine expansion en Afrique.


Aujourd'hui, nous annonçons la création en Afrique d'un centre de recherche Google en intelligence artificielle, Google AI, qui ouvrira ses portes dans le courant de l’année à Accra au Ghana. Nous réunirons les meilleurs chercheurs et ingénieurs en apprentissage automatique dans ce nouveau centre dédié à la recherche sur l'IA et ses applications.


Nous nous engageons à travailler en collaboration avec les universités et les centres de recherche locaux, ainsi qu'avec les décideurs, sur les aplications possibles de l'IA en Afrique. Les deux auteurs ont en commun un lien personnel avec l'Afrique : Jeff a passé une partie de son enfance en Ouganda et en Somalie, et Moustapha a grandi au Sénégal. Nous sommes ravis de conjuguer notre intérêt pour la recherche sur l'IA et l'apprentissage automatique, avec notre expérience personnelle en Afrique. Nous voulons ainsi repousser les limites de l'IA et contribuer à relever des défis dans des domaines tels que la santé, l'agriculture et l'éducation.


L'IA peut apporter beaucoup au monde, et ce d'autant plus si les régions du monde où elle sera développée y sont bien représentées. Ce point est essentiel à nos yeux. Notre nouveau centre d'IA à Accra s'ajoute à la liste déjà longue de nos centres dédiés à l'IA, dont Paris, Zurich, Tokyo, Tokyo, Beijing, Montréal, Toronto, Seattle, Cambridge/Boston, Tel Aviv/Haifa, New York, et notre siège social de Mountain View/San Francisco. Si vous êtes chercheur en apprentissage automatique et souhaitez rejoindre ce nouveau centre, vous pouvez postuler en tant que chercheur scientifique ou chercheur ingénieur logiciel. Vous pouvez également consulter toutes nos offres sur notre site.



Publié par : Jeff Dean, Senior Fellow, Google AI, and Moustapha Cisse, Staff Research Scientist et responsable du Google AI Center Accra

Google Impact Challenge, Africa: Empowering Africans to drive community impact

At Google4Nigeria in July 2017, we announced that Google.org is investing $20m in non-profits working across the continent over the next five years. Today, we’re taking the next step in making that a reality through the launch of the Google Impact Challenge 2018.

This is the first time we are running a Google Impact Challenge in Africa. Many African innovators are doing great work with real impact and we’re keen to shine a light on them, and give a financial boost to their projects and ideas. We believe technology can help local and national organisations to better reach their goals and solve some of the continent’s most pressing challenges, and we are eager to back people who are using technology in new ways to make a positive difference in their communities.

We’re issuing an open call for nonprofits and social enterprises in Kenya, Nigeria and South Africa to apply to receive a share of $6m in funding. Each country has $2m to be awarded to 4 winners and 8 runners up. Applications are open for the next 6 weeks, and we are inviting organisations who are using technology and innovation to create economic opportunity in their communities to step forward with their most innovative ideas.

We're going to rely on all of you to help select the best ideas. The public will vote for the idea you believe has the most potential, and our judges will select 3 more winners after hearing in-person pitches from a set of finalists. The winning nonprofits and social enterprises will receive cash as well as access to guidance, technical assistance and mentorship from Google, which they are free to take up should they so choose.


Many African non-profit organisations are using technology in innovative ways. However, access to funding and technological know-how are often a barrier to other, equally-ambitious projects getting off the ground. We want the Google Impact Challenge to change that, as well as encourage the entire non-profit sector to think big. Other Google Impact Challenges around the world have supported ideas ranging from smart cameras for wildlife conservation to solar lights for off-grid communities to a mobile application that helps to protect women from domestic violence.


We are looking forward to all the great ideas from nonprofits and social enterprises.

Mzamo Masito, Head of Marketing, Africa

====




Donner aux Africains les moyens d’avoir un impact réel au sein de leurs communautés

Google annonce l’organisation du premier Impact Challenge en Afrique, et invite les associations à but non lucratif et les entreprises d’économie sociale à soumettre leur candidature

En juillet 2017, à l’occasion de l’événement Google4Nigeria, nous avons annoncé queGoogle.org allait investir 20 millions de dollars dans les associations à but non lucratif présentes sur l’ensemble du continent au cours des cinq prochaines années. Aujourd’hui, nous passons à l’étape de mise en œuvre de ce projet en lançant le Google Impact Challenge 2018.

C’est la première fois que nous organisons un Google Impact Challenge en Afrique. De nombreux innovateurs africains font un travail remarquable dont l’impact est réel sur les communautés. C’est pourquoi nous souhaitons donner un coup de projecteur sur ces associations en leur apportant une aide pour financer leurs projets et leurs idées. Nous sommes convaincus que les outils technologiques peuvent aider les organisations locales et nationales à atteindre leurs objectifs et à résoudre une partie des problèmes parmi les plus urgents auxquels ce continent est confronté. Nous voulons également soutenir les personnes qui utilisent ces outils de manière innovante afin d’améliorer la vie de leurs communautés.

Nous lançons un appel ouvert aux associations à but non lucratif et aux entreprises de l’économie sociale implantées au Kenya, au Nigeria et en Afrique du Sud afin qu’elles envoient leur candidature et relèvent le défi pour se partager un montant total de 6 millions de dollars. Chaque pays dispose de 2 millions de dollars qui seront attribués à 4 lauréats pour les premiers prix et à 8 autres pour les deuxièmes prix. Les candidatures sont ouvertes pendant 6 semaines. Nous invitons les organisations qui font appel à la technologie et à l’innovation pour créer des opportunités économiques au sein de leurs communautés à présenter les idées les plus innovantes.

Nous comptons sur chacun d’entre vous pour nous aider à sélectionner les meilleures idées. Le public votera pour l’idée qui lui semble présenter le plus grand potentiel et notre jury sélectionnera 3 lauréats supplémentaires après avoir entendu les exposés des finalistes. Les associations et les entreprises de l’économie sociale lauréates recevront un prix en numéraire. Elles pourront également bénéficier de conseils, d’une assistance technique et de mentorat assuré par Google, en fonction de leurs souhaits.

De nombreuses associations africaines à but non lucratif utilisent les outils technologiques de manière innovante. Cependant, l’accès au financement et au savoir-faire technologique constitue souvent un frein à la mise en place d’autres projets tout aussi ambitieux. Grâce au Google Impact Challenge, nous voulons faire bouger les choses en encourageant l’ensemble du secteur associatif à voir grand. D’autres Google Impact Challenges qui ont eu lieu dans le monde ont récompensé des idées allant de la mise au point de caméras intelligentes au service de la préservation de la faune et de la flore en passant par les éclairages à énergie solaire pour les communautés hors réseau jusqu’à une application mobile pour protéger les femmes contre les violences conjugales.

Nous nous réjouissons à la perspective de découvrir toutes les idées formidables à l’initiative des associations et des entreprises de l’économie sociale.

Mzamo Masito, Directeur général marketing, Google Afrique

Applications open for students leads in the Africa Developer Student Club program

In July 2017 we announced a series of initiatives focused at providing mobile developer trainings to 100,000 developers in Africa. Today, as part of that commitment, we will be kicking off our Developer Student Club (DSC) program aimed at providing the African student community a head start on latest technologies like Machine Learning, Artificial Intelligence and Mobile & Web Development.

The Developer Student Club (DSC) program is a Google Developers initiative designed to provide a space for students (enrolled in accredited colleges/universities in Africa) to build their mobile and web development skills and knowledge while solving local business problems around their institution. Through this program our teams will be providing much needed support to students in campuses across Africa.

As part of preparations towards kicking off this program in the region, we are now commencing with the recruitment of student leads to head our different DSC chapters across campuses in Africa. A DSC lead is a student leader on campus whose mission is to use technology to make a difference, not only in their universities, but also in their communities more widely. An eligible candidate for the new DSC lead roles are students currently enrolled in a computer science course or related engineering discipline at any accredited college/university in Sub saharan Africa.

Their duties will include;
  • Setting up a Developer Student Club within their institution/campus;
  • Creating a Core Team — including faculty advisors, fellow students and relevant technology experts — to help in planning and execution of peer group readiness-focused activities;
  • Organizing and delivering mobile development-focused workshops to fellow students;
  • Enabling more students to become trainers and support them in conducting sessions;
  • Identifying local organizations who can benefit from mobile solutions, and facilitate solution development activities;
  • Hosting showcases and other events to highlight the solutions developed by students; and
  • Committing for one-year (2018/19 academic year) to act as a Student Lead.
If you are interested in this opportunity, or want to learn more, please visit bit.ly/dscafrica or send an email to dscafrica@google.com. We also invite you to check out this video from the recently concluded DSC summit in Indonesia for more information.



Applications close 14th May, 2018.


Posted by William Florance, Head, Economic Impact Programs




 ====



Ouverture des candidatures de responsables étudiants dans le cadre du Programme DSC pour l’Afrique
En juillet 2017, nous avions annoncé une série d'initiatives visant à proposer une formation de développeur mobile à 100 000 Africains. Dans le cadre de cet engagement, nous lançons aujourd’hui le programme DSC (Developer Student Club - Club des étudiants développeurs). L'objectif de ce programme est de donner à la communauté étudiante africaine une longueur d’avance dans les toutes dernières technologies que sont l’apprentissage automatique, l’intelligence artificielle et le développement mobile et web.

Le programme DSC est une initiative des Développeurs Google. L'idée est d'offrir un espace aux étudiants (inscrits dans des écoles/universités agréées en Afrique) où ils pourront acquérir des connaissances et des compétences dans le développement mobile et web et trouver des solutions aux problèmes auxquels les entreprises locales sont confrontées. Ce programme va permettre à nos équipes d’apporter l’aide dont les étudiants ont besoin sur les campus africains.

Afin de préparer le lancement du programme dans la région, nous commençons aujourd’hui à recruter parmi les étudiants des responsables chargés de diriger les différentes sections DSC sur les campus africains. Un responsable DSC est un leader étudiant du campus, dont la mission est d'utiliser la technologie pour faire la différence, non seulement dans son université, mais aussi plus largement dans sa communauté. Les candidats éligibles à ces nouvelles fonctions de responsable DSC sont les étudiants actuellement inscrits dans un cursus d’informatique ou d’une discipline connexe dans l’une des écoles/universités agréées d’Afrique subsaharienne.


Ils auront pour mission de ;

  • Mettre en place un DSC dans leur établissement/sur leur campus ;
  • Constituer une équipe noyau — comprenant des conseillers pédagogiques, d’autres étudiants et des experts en informatique —  afin de faciliter la planification et la réalisation d’activités en groupes de pairs centrées sur des résultats concrets ;
  • Organiser des ateliers axés sur le développement mobile pour les autres étudiants ;
  • Permettre à un plus grand nombre d’étudiants de devenir formateurs et les accompagner dans la réalisation de sessions de formation ;
  • Identifier les organisations locales pouvant bénéficier de solutions mobiles et faciliter les activités de développement de solutions ;
  • Accueillir des événements visant à présenter et promouvoir les solutions développées par les étudiants ; et 
  • S’engager pour un an (année universitaire 2018/19) à assumer la fonction de Responsable étudiant.
Si vous êtes intéressé(e), ou que vous souhaitez en savoir plus, consultez le site bit.ly/dscafrica ou envoyez un e-mail à l’adressedscafrica@google.com. Pour plus d’informations, nous vous invitons également à regarder cette vidéo sur le sommet DSC qui a eu lieu dernièrement.


Clôture des candidatures le 14 mai 2018.


Posté par William Florance, Directeur, Programmes Impact Économique

Announcing the Google Africa PhD Fellowship Program

Google created the PhD Fellowship program in 2009 to recognize and support outstanding graduate students doing exceptional research in Computer Science and related disciplines. Now in its ninth year, our fellowship program has supported hundreds of future faculty, industry researchers, innovators and entrepreneurs.

To support the work of researchers in Africa, we announced the Google Africa PhD Fellowship program on 10 November 2017 to support early-stage PhD students enrolled in any African university in computer science and related fields. The program, and others are inline with our commitment to build strong relationships with the academic community in Africa.
We are committed to advancing cutting edge computer science research and building strong relationships with the academic community in Africa. The Google Africal PhD Fellowship Program, which provides funding to early-stage PhD students enrolled in any African university in computer science and related fields, was announced on 10 November 2017 to support these aims.

Today, we are excited to announce the first 4 recipients of the Google Africa PhD Fellowships:
  • Imane khaouja, Université Internationale de Rabat, Morocco (Domain: Natural Language Processing)
  • Joseph Benedict Nyansiro, University of Dar es Salaam, Tanzania (Domain: Software Systems)
  • Rizanne Elbakly, Egypt-Japan University of Science and Technology, Egypt (Domain: Geo/Maps)
  • Steven James, University of the Witwatersrand, South Africa (Domain: Machine Learning)
These fellows are pursuing some of the most promising research in Africa. We hope to strengthen their research potential not just through financial assistance but also through mentorship with researchers at Google. The mentorship program will give our fellows exposure to the research problems we are working on at Google and guide them on the latest developments in each research area. By supporting these four African Fellows we recognise their significant academic achievements and hope that they will go on to be leaders in their respective fields.

We have also expanded the Google Travel Grants program to Africa. The Travel Grants program awards grants throughout the year to students publishing research at top-tier Computer Science conferences. To qualify for this grant, interested students will need to be enrolled into a university based in Africa, and must have a paper accepted for presentation in a top-tier computer sciences conference. We invite you to visit the program page for more details.

We look forward to building strong links between industry and academia to help push important research forward on the continent.

Posted by Obum Ekeke, Head of Computer Science Education Programs, UK & Africa, Google Africa Research Programs


 ====



Lancement du Programme de bourses doctorales de Google Afrique

Google a créé le programme de bourses doctorales en 2009 pour apporter reconnaissance et soutien aux étudiants menant des recherches doctorales exceptionnelles en informatique et dans des domaines connexes. Le programme, aujourd'hui dans sa neuvième année, a déjà apporté son soutien à des centaines de futurs chercheurs, innovateurs et entrepreneurs.

Pour soutenir le travail des chercheurs en Afrique, nous avons lancé le Programme de bourses doctorales de Google Afrique le 10 novembre 2017 pour les étudiants universitaires d'Afrique, débutant leur doctorat en informatique et dans des domaines connexes. Ce programme, entre autres, s’inscrit dans notre engagement à bâtir des relations solides avec le monde universitaire africain.

Nous travaillons à faire progresser les recherches les plus prometteuses en informatique et à bâtir des relations solides avec le monde universitaire africain. Lancé le 10 novembre 2017 à cet effet, le Programme de bourses doctorales de Google Afrique soutient financièrement les étudiants universitaires d'Afrique qui débutent leur doctorat en informatique et dans des domaines connexes.

Nous avons le plaisir de vous présenter nos quatre premiers boursiers africains :
  • Imane khaouja, Université Internationale de Rabat, Maroc (Domaine : traitement automatique du langage naturel)
  • Joseph Benedict Nyansiro, University of Dar es Salaam, Tanzanie (Domaine : logiciels)
  • Rizanne Elbakly, Egypt-Japan University of Science and Technology, Égypte (Domaine : géo/cartes)
  • Steven James, University of the Witwatersrand, Afrique du Sud (Domaine : apprentissage automatique)
Ces boursiers travaillent dans des domaines de recherche particulièrement prometteurs en Afrique. Nous espérons renforcer leur potentiel avec une aide financière et un système de parrainage par des chercheurs Google, afin de leur exposer les problématiques sur lesquelles nous travaillons et de les orienter sur les évolutions les plus récentes atteintes dans chaque domaine de recherche. Ce programme est une façon de reconnaitre le remarquable travail académique réalisé par ces étudiants, qui nous l'espérons, deviendront les fers de lance dans leurs domaines respectifs.

Nous avons également étendu le programme de bourses de voyage de Google à l’Afrique. Ce programme récompense toute l’année les étudiants qui publient une étude à l’occasion d’une grande conférence dédiée à l’informatique. Pour être retenus, les étudiants intéressés doivent être inscrits dans une université africaine et faire accepter une publication pour l’une des grandes conférences dédiées à l’informatique. Consultez la page du programme pour en savoir plus.

Nous espérons construire très vite de solides passerelles entre le monde de l’entreprise et les universités pour faire avancer les recherches majeures menées sur le continent.

Posté par Obum Ekeke, Directeur des Programmes de formation en informatique, Royaume-Uni et Afrique, Programmes de recherches de Google en Afrique


Introducing Google Go; A lighter, faster way to search.

More and more Africans are coming online every year, using mobile phones as their primary and sometimes only internet device. Online isn’t somewhere people ‘go’ anymore, it’s where they live - connecting with the people, places and things that matter to them. But weak data connectivity, high data costs and low RAM or storage space often make it hard for people to get the most out of the internet.

Today, we’re launching Google Go - a new app to make it easy for people to discover the best of the internet, even on low-RAM smartphones or unstable network connections. It’s available for devices running Android v4.3 (Jelly Bean) and above, and delivers the same seamless experience whether you’re on a high-end or low-end phone.

All-in-one
With Google Go, everything you need is just a tap away. Easily search for information or see what’s trending in your country. Find an inspirational quote for a loved one with an image or GIF search, discover places nearby, and browse videos. Access all your favorite apps and websites and discover the top destinations in your country.
Saves data
Google Go takes up less than 5 MB, which makes it quick to download without using much data, and it takes up minimal space on your phone. It uses the latest version of Google’s advanced compression algorithm, which means search results are displayed using 40% less data. Search results are also cached on the device so you can quickly re-access previous searches, even when you’re offline, without incurring further data costs. When there’s no internet access, Google Go retries failed search requests in the background and lets you know as soon as the results are ready. Web pages load quickly, even in data-saving mode or on 2G connections.



Fast
Google Go provides a lighter, faster way to search. It loads results instantly as you type and smart word suggestions help you search faster with minimal typing. The home page icons make it faster and easier for you to discover new content and find what you’re looking for with a single tap. Voice search has been improved to work better on slow connections. Add the search bar widget to your home screen for fast and easy access to what’s trending around you.

Google Go is available today in 26 countries in Sub-Saharan Africa through the Google Play Store. It will come pre-installed on all Android Oreo (Go edition) devices, available in stores soon. 

Posted by Christina Lin, Product Marketing Manager, Sub-Saharan Africa


 ====



Lancement de Google Go; Un mode de recherche allégé et rapide.

Chaque année, de plus en plus d’Africains se connectent en utilisant leur téléphone portable comme principal et parfois unique dispositif d’accès à Internet. Internet n’est plus uniquement un lieu où l'on « va », il fait partie intégrante de notre vie, pour être en lien avec les autres, les lieux et les choses qui nous intéressent. Mais souvent, le manque de connectivité, le coût élevé des données, le manque de mémoire RAM ou d’espace de stockage ne permettent pas de profiter de toutes les possibilités d’Internet.

Nous lançons aujourd’hui Google Go - une nouvelle application qui permet de profiter aisément d’Internet, même sur les smartphones avec une capacité de mémoire limitée ou sur des connexions capricieuses. Cette appli fonctionne sur les appareils Android v4.3 (Jelly Bean) et versions supérieures et offre la même expérience de navigation même sur des modèles de téléphone d’entrée de gamme.

Tout-en-un
Avec Google Go, accédez facilement à tous les contenus que vous voulez. Cette application vous permet de rechercher facilement des informations et de découvrir les dernières tendances en vogue dans votre pays. Vous pourrez aussi bien trouver des idées de messages pour vos proches avec une image ou un GIF, découvrir des endroits intéressants à proximité de chez vous et visionner des vidéos. Grâce à Google go, accédez à vos applications et à vos sites Internet préférés et découvrez les destinations les plus prisées dans votre pays.

Économie de données
Avec seulement 5 Mo, Google Go se télécharge rapidement sans utiliser un gros volume de données et occupe un minimum d’espace sur votre téléphone. Elle fait appel à la dernière version de l’algorithme de compression de données avancé de Google. Ainsi les résultats de recherche s’affichent en utilisant 40 % de données en moins. Les résultats étant sauvegardés sur l’appareil, vous pouvez accéder rapidement au contenu de vos précédentes recherches, même hors ligne, sans encourir de coûts supplémentaires. En l’absence d’accès Internet, Google Go relance les recherches qui ont échoué en fond et vous informe dès que les résultats sont disponibles. Les pages Web se chargent rapidement, même en mode économie de data ou avec une connexion 2G.

Rapide
Google Go offre un mode de recherche plus léger et plus rapide. Les résultats se chargent instantanément au fur et à mesure que vous tapez et la suggestion intelligente de mots vous permet d’accélérer la recherche avec un minimum de frappe. Les icônes de la page d’accueil vous permettent de découvrir plus rapidement et plus facilement de nouveaux contenus et de trouver les informations recherchées en une seule frappe. Nous avons également amélioré la recherche vocale pour offrir de meilleures performances sur les connexions lentes. Ajoutez le widget barre de recherche sur votre écran d’accueil pour connaître rapidement et facilement les dernières tendances près de chez vous.

Google Go est aujourd’hui disponible dans 26 pays d’Afrique subsaharienne via l’application Google Play Store. Vous bénéficierez d’une version préinstallée sur tous les appareils Android Oreo (Go edition)

Publié par Christina Lin, Directrice du marketing produit, Afrique subsaharienne

Announcing the 2018 Google Africa Scholarships!

Africa’s digital journey is rapidly gaining speed. According to recent data, over 73 million people came online in Africa for the first time in 2017- that's more than the population of the UK! This means there are now about 435 million people on the continent using the Web to engage, connect and access information online. That's a good thing! But with this growth comes an increased need to scale efforts to make the Web more relevant and useful to African users. This will require more skilled hands working with individuals and local businesses to develop content and platforms that will support Africa’s digital growth.

In July 2017, Google’s CEO, Sundar Pichai, announced a pledge to provide digital skills training to ten million people in Africa, and also to provide mobile developer training to 100,000 Africans. Today, in line with that commitment, we’re excited to announce the launch of our new Africa Web and Android Scholarship program aimed at providing 15,000 scholarships to developers in Nigeria, Kenya and South Africa.

Working in partnership with Udacity and Andela, we will be offering 15,000 2-month ‘single course’ scholarships and 500 6-month nanodegree scholarships to aspiring and professional developers across Nigeria, Kenya and South Africa. The training will be available online via the Udacity training website, and the Andela Learning Community will support the students (in Nigeria and Kenya) through mentorship, in-person meet-ups, and online communities.


In order to access the full nanodegree scholarships, learners will have to complete lessons and quizzes courses being offered under the Udacity single course scholarships (also known as challenge courses), in addition to their active participation and support of classmates in the student community. 


We will be offering 10,000 scholarships to beginners (with little or no programming experience) and 5,000 to professional developers (with +1 year of experience) spread across Android and mobile web development tracks. The 10,000 beginner scholarships will include Android beginner courses and basic introduction to HTML & CSS; while the 5,000 intermediate scholarships include Android fundamentals for intermediate and building offline web applications courses respectively. Both courses are taught in English through an online program on Udacity open to Nigerians, Kenyans and South Africans. The top 500 students at the end of the challenge will earn a full Nanodegree scholarship to one of four Nanodegree programs in Android or web development.

The application period closes on April 24th. Interested or want to learn more, visit http://udacity.com/google-africa-scholarships

Posted by William Florance, Head, Economic Impact Programs



 ====



Annonçant des bourses Google pour l'Afrique 2018

L’Afrique connaît aujourd’hui un développement numérique rapide. Selon les données les plus récentes, plus de 73 millions de personnes ont accédé pour la première fois à Internet en Afrique en 2017- soit plus que la population du Royaume-Uni ! Cela signifie qu’il y a aujourd’hui près de 435 millions d’habitants sur ce continent qui utilisent le Web pour rechercher des contacts, se connecter et accéder à des informations sur Internet. C’est une très bonne nouvelle ! Mais cette croissance nécessite plus de moyens pour rendre le Web plus pertinent et plus utile aux utilisateurs africains. Cette évolution exige la présence de personnels formés aux côtés des particuliers et des entreprises locales pour développer des contenus et des plateformes en phase avec la croissance numérique que connaît aujourd’hui ce continent.

En juillet 2017, Sundar Pichai, le PDG de Google, a annoncé l’engagement de la firme à former au numérique dix millions de personnes en Afrique. Google veut également proposer une formation de développeur mobile à 100 000 Africains. Aujourd’hui, dans le cadre de cet engagement, nous avons le plaisir d’annoncer le lancement de notre nouveau programme Africa Web & Android Scholarship qui a pour objectif d’offrir 15 000 bourses d’études à des développeurs basés au Nigeria, au Kenya et en Afrique du Sud.

En partenariat avec Udacity et Andela, nous allons proposer 15 000 bourses pour une formation spécifique de 2 mois et 500 bourses pour lsuivre un Nanodegree d’une durée de 6 mois. Ces bourses seront destinées aux développeurs aspirants ou professionnels résidant au Nigeria, au Kenya et en Afrique du Sud. La formation sera dispensée en ligne via le site de formation Udacity, tandis que l’Andela Learning Community assurera le suivi des étudiants (au Nigeria et au Kenya) par un système de tutorat, des rencontres en face en face et l'accès à des communautés en ligne.

Pour bénéficier de l’intégralité de la bourse de Nanodegree, les participants devront valider les cours et les questionnaires proposés dans le cadre des programmes de formation Udacity (également appelés formations challenge). Ils devront également participer activement à la communauté étudiante et apporter leur soutien aux autres participants.

Nous nous engageons à proposer 10 000 bourses à des débutants (personnes ayant peu ou aucune expérience dans la programmation) et 5 000 bourses destinées à des développeurs professionnels (bénéficiant d’une année d’expérience) axées sur les technologies Android et web mobile. Les 10 000 bourses d’études pour débutants comprendront des cours de niveau débutant sur Android et une introduction au langage HTML et CSS tandis que les 5 000 bourses d’études de niveau intermédiaire porteront sur les bases du système Android et le développement d’applications web offline. Ces deux formations proposées aux Nigérians, aux Kenyans et aux Sud-Africains sont dispensées en anglais via un programme en ligne accessible sur Udacity. À l’issue du programme, les 500 premiers étudiants se verront remettre une bourse d’études de Nanodegree pour l’un des quatre programmes de Nanodegree en développement Android ou web.

Vous pouvez déposer votre candidature jusqu’au 24 avril. Vous êtes intéressé(e) ou vous voulez en savoir plus, consultez le site http://udacity.com/google-africa-scholarships

Publié par William Florance, Responsable, Programmes à impact économique

Launchpad Accelerator Africa: growing a community of startup influencers in Africa

Last year at Google for Nigeria, Google’s CEO Sundar Pichai announced the Launchpad Accelerator Africa program, which includes over $3 million in equity-free support to more than 60 African tech startups over three years including mentorship, working space and access to technology and startup experts from Google and our external communities all over the world.

Launchpad Accelerator Africa is based on Google’s global Launchpad Accelerator program, tailored to the African market. Nine African startups have participated in Launchpad Accelerator, the global accelerator for growth-stage startups in Silicon Valley, to date. We are delighted to now bring Launchpad to Africa, to benefit African startups on their own continent and wish the first Launchpad Accelerator Africa class all the best for the program and the future.
In November 2017 we opened applications for the first class of Launchpad Accelerator Africa, and we’re proud to announce that the first class of Launchpad Accelerator Africa begins today. This inaugural class includes 12 startups from across Africa, including Ghana, Kenya, Nigeria, South Africa, Tanzania, and Uganda. The startups for Class 1 are:
  • Babymigo (Nigeria) - a trusted social community for expecting mothers and young parents.
  • Flexpay (Kenya) - an automated and secured layaway e-commerce system.
  • Kudi (Nigeria) - payment for Africa through messaging. 
  • OkadaBooks (Nigeria) - a social platform that allows users easily create, spread and sell their stories/books/documents in a matter of minutes.
  • OMG Digital (Ghana) - a media platform which produces hyper-local, engaging and entertaining content that African millennials love to consume and share.
  • Pezesha (Kenya) - a scalable Peer to Peer microlending marketplace which allows Kenyans to loan to Kenyans, via mobile money using big data and credit analytics.
  • Piggybank.ng (Nigeria) - allows Africans put aside little amounts of money periodically till they reach a savings target.
  • Riby (Nigeria) - a peer-to-peer banking platform for cooperatives and their members that allows them to save, borrow and invest, together.
  • swiftVEE (South Africa) - a platform for connecting livestock agencies to a network of buyers and sellers.
  • TangoTv (Tanzania) - a media streaming and video on demand service for African local content; films and shows.
  • Teheca (Uganda) - helps families and individuals find the right health care providers/workers in Uganda.
  • Thrive Agric (Nigeria) - crowdfunds investments for small holder farmers, and provide this to them in form of inputs, tech driven advisory and access to market.
Google is committed to the Sub-Saharan Africa developer and startup ecosystem, and has hosted 13 Launchpad Build and Start events across Kenya, Nigeria and South Africa since April 2016, featuring 228 speakers and mentors, engaging 590 attendees from local startups in each country.

Google also supports developer communities across Sub-Saharan Africa, including Google Developer Groups and Women Techmakers, providing training and support for developers aligned with real-life job competency requirements. Community groups engage in activities like Study Jams: study groups facilitated by developers, for developers. Today there are over 120 active developer communities across 25 countries in Sub-Saharan Africa. As part of their activities, 61 of these groups hosted 81 Study Jams for mobile web and Google Cloud developers in 10 countries, reaching over 5,000 developers in the last year.

Posted by Andy Volk, Head of Sub-Saharan Africa Developer Ecosystem and Fola Olatunji-David, Head of Launchpad Accelerator Africa Startup Success and Services




 ====



Programme Launchpad Accelerator Afrique : développer une communauté de créateurs de start-up en Afrique

L’an dernier, à l’occasion de l’événement Google pour le Nigeria, Sundar Pichai, le PDG de Google a annoncé le lancement du programme Launchpad Accelerator Afrique. Ce dispositif comprend une aide financière de plus de 3 millions de dollars sur trois ans destinée à une soixantaine de start-up technologiques basées en Afrique. Ce programme prévoit également de l’accompagnement, la mise à disposition d’espaces de travail et l’accès à la technologie et aux experts en start-up de chez Google ainsi qu’à nos communautés externes, partout dans le monde.

Launchpad Accelerator Africa est basé sur le programme mondial Launchpad Accelerator conçu par Google, pour le marché africain. À ce jour, neuf start-up africaines ont participé au programme Launchpad Accelerator, l’accélérateur mondial des start-up en phase de croissance de la Silicon Valley. Nous sommes très heureux de lancer le programme Launchpad en Afrique qui s’adresse aux start-up installées sur ce continent et nous souhaitons tous nos vœux de réussite aux participants au programme Launchpad Accelerator Afriqued'aujourd'hui et de demain.
En novembre 2017 nous avons lancé l’appel à candidatures pour la première session du programme Launchpad Accelerator Africa, et nous sommes fiers d’annoncer que les premiers participants commencent aujourd’hui. Cette session inaugurale comprend 12 start-up de plusieurs pays d’Afrique, dont le Ghana, le Kenya, le Nigeria, l’Afrique du Sud, la Tanzanie, et l’Ouganda. Les start-up retenues pour la première Session sont les suivantes :
  • Babymigo (Nigeria) - communauté sociale reconnue pour les femmes enceintes et les jeunes parents.
  • Flexpay (Kenya) - système d'achat en ligne avec mis en dépôt ("layaway") automatisé et sécurisé.
  • Kudi (Nigeria) - système de paiement pour l’Afrique par messagerie. 
  • OkadaBooks (Nigeria) - plateforme sociale qui permet aux utilisateurs de créer, de diffuser et de vendre en toute facilité leurs récits/livres/documents en quelques minutes.
  • OMG Digital (Ghana) - plateforme média qui produit des contenus attrayant et divertissants, axés sur l'hyper-local, très prisés par la jeunesse africaine.
  • Pezesha (Kenya) - place de marché de microcrédit évolutive en "peer-to-peer" qui permet aux Kényans de prêter de l’argent à leurs concitoyens via un service de paiement mobile basé sur le Big Data et l’analyse de crédit.
  • Piggybank.ng (Nigeria) - permet aux Africains d’économiser de petites sommes d’argent régulièrement jusqu’à ce qu’ils atteignent un montant d’épargne fixé.
  • Riby (Nigeria) - plateforme de services bancaires en "peer-to-peer" destinée à des coopératives et à leurs membres qui leur permet d’épargner, d’emprunter et d’investir ensemble.
  • swiftVEE (Afrique du Sud) - plateforme destinée à mettre en relation des structures d'élevage de bétail avec un réseau d’acheteurs et de vendeurs.
  • TangoTv (Tanzanie) - service de diffusion en streaming et de vidéo à la demande de contenus africains, de films et de spectacles.au niveau local.
  • Teheca (Uganda) - aide les familles et les individus à trouver les prestataires/professionnels de soins en Ouganda.
  • Thrive Agric (Nigeria) - plateforme de crowdfunding permettant à de petits exploitants agricoles de réaliser des investissements fournis sous forme de contributions, de conseils techniques et d’aide à l’accès au marché.
Google s’engage à soutenir l’écosystème de développeurs et de start-up en Afrique subsaharienne. Depuis avril 2016, la firme américaine a ainsi organisé 13 événements Launchpad Build and Start au Kenya, au Nigeria et en Afrique du Sud, ayant mobilisé 228 intervenants et mentors pour quelque 590 participants de start-up locales dans chaque pays.

Google soutient également les communautés de développeurs dans toute l’Afrique subsaharienne, notamment les groupes de développeurs Google etWomen Techmakers, en proposant aux développeurs de la formation et un accompagnement en phase avec les exigences du monde professionnel en matière de compétences. Des groupes communautaires mettent en place des activités comme Study Jams : des groupes de travail animés par des développeurs pour des développeurs. On compte aujourd’hui plus de 120 communautés actives de développeurs dans 25 pays d’Afrique subsaharienne. Dans le cadre de leurs activités, 61 groupes ont organisé des Study Jams pour des développeurs web mobile et Google Cloud dans 10 pays, touchant plus de 5 000 professionnels l’an dernier.

Poste par Andy Volk, Responsable de l’Écosystème de développeurs en Afrique subsaharienne et Fola Olatunji-David, Responsable du programme Launchpad Accelerator Afrique pour les start-up

Connecting more Africans with jobs

Whether you’re a student looking for a part-time job, an office worker seeking work closer to home, or a teacher moving to another province to be close to family, finding a job can be difficult. With job postings scattered across the web, newspapers and help wanted signs, it’s not always easy to find ones that are a good fit based on your unique needs and skills. As a result, many job seekers feel like they can’t find the job they’re looking for or apply to roles that aren’t the right fit. At the same time, African employers face talent shortages and have issues filling open positions with the right candidate.

Today, we’re bringing a new job search experience to Africa, by putting the convenience and power of Search into the hands of job seekers. With this new experience, we aim to connect more Africans to job opportunities across South Africa, Kenya and Nigeria, so no matter who you are or what kind of job you’re looking for, you can find job postings that match your needs.

Starting today in English on desktop and mobile, when you search for “jobs near me,” “teaching jobs,” or similar job-seeking queries, you’ll see in-depth results that allow you to explore jobs from across the web.




For many people, a job needs to satisfy some key criteria, like needed skills or the hours they have available to work. For many jobs, you’ll also see reviews and ratings of the employer from trusted sites, right alongside the job description, and if you’re signed in, for some jobs you’ll even see how long it would take to commute to the job from home. We’ll continue to add additional filters and information in the future. Looking for jobs is a personal and complex journey, and one that we’re trying to support in this new search experience.

Searching for a job can take time. And keeping up with new jobs that are posted throughout the day can be impossible. Now, if you step away from your job search, you can pick up right where you left off and stay in the loop on opportunities that interest you. You can save any job listing that interests you and bookmark it to come back to it at any time. You can also turn on alerts for your search to receive an email notification whenever new jobs arrive, keeping you up-to-date and on top of your job hunt.

We’re working with a number of organisations from across the industry to bring you the most comprehensive listing of jobs—including Fuzu, Brighter Monday, Jobberman, NGCareers, Job Mail, and Careers24 . This means you’ll see job postings from these sites and many others from across the web as soon as they’re posted. To ensure even more jobs are listed over time, we’re publishing open documentation for all jobs providers, from third-party platforms or direct employers, big or small, detailing how to make their job openings discoverable in this new feature.

People from all walks of life, experiences and backgrounds have undergone a job hunt at some point in their lives. Whether you’re a young adult looking for your first job, a professional looking to make a career change or a parent looking for a job with better pay to support a growing family, we hope this new experience on Google will help make the job search simpler and more effective.
This launch builds on Google's existing commitment in Sub Sahara Africa to improve economic opportunities for job seekers and employers, demonstrated through its Grow with Google initiatives. The Digital Skills for Africa program, Google's commitment to train 1m African youth between April 2016 and March 2017, was achieved and surpassed. In July 2017 this program was extended to see 10m youth trained by 2022 as well as 100 000 developers trained across the region

Posted by Christina Lin, Search Marketing Manager, Sub-Saharan Africa.



 ====


Rendre les offres d'emploi accessibles à plus d’Africains

Que vous soyez étudiant à la recherche d’un travail à temps partiel, employé de bureau visant un poste plus proche de votre domicile ou enseignant en cours de mutation pour un rapprochement familial, trouver un travail peut être compliqué. Avec léparpillement des offres d’emploi (en vitrine, sur Internet et dans les journaux), il n’est pas toujours simple de trouver celles qui correspondent à vos besoins et vos compétences. De fait, de nombreux demandeurs d’emploi ont le sentiment de ne pas pouvoir trouver le poste auquel ils aspirent et de candidater pour des profils qui ne conviennent pas. En même temps, les employeurs africains font face à une pénurie de talents et n’arrivent pas à pourvoir les postes vacants avec les bons candidats.

Aujourd’hui, nous mettons la commodité et la puissance de Search au service des demandeurs d’emploi en Afrique. Grâce à cet outil, nous voulons mettre en relation les Africains aux offres d’emploi à travers l'Afrique du Sud, le Kenya et le Nigeria. Peu importe qui vous êtes ou le poste que vous recherchez, vous pourrez trouver un emploi qui correspond à vos attentes.

Disponible pour commencer en anglais depuis un ordinateur ou un appareil mobile, la plateforme vous permet d’explorer les offres d’emploi disponibles sur le Web par de simples requêtes de type « jobs near me » (offres d'emploi près de chez moi) ou « teaching jobs » (postes d'enseignants).

Pour beaucoup d'entre vous, un poste doit répondre à certaines exigences, comme les compétences requises ou les horaires de travail. Bon nombre d'offres comportent en plus du descriptif du poste des avis sur l'employeur et des notations de l’entreprise réalisées par des sites accrédités. Et si vous êtes enregistré, pour certaines offres, le temps de transport entre travail et domicile est même précisé. Nous allons continuer d'ajouter des filtres et des informations. La recherche d’emploi est un parcours personnel complexe, que nous essayons de faciliter avec cette nouvelle expérience de recherche.

Trouver un emploi prend du temps. Et rester au fait des nouvelles offres publiées chaque jour est une tâche quasi impossible. Désormais, si vous interrompez votre recherche d’emploi, vous pouvez la reprendre là où vous en étiez et saisir les opportunités qui vous intéressent. Il vous suffit d'activer les
alertes pour recevoir un e-mail dès qu’une nouvelle offre se présente, pour une recherche active et une réactivité maximale.

Nous travaillons avec de nombreux acteurs du marché pour vous offrir la liste la plus complète d’offres d’emploi, comme Fuzu, Brighter Monday, Jobberman, MyJobMag, NGCareers, Jiji, Job Mail et Careers24. Ainsi, vous verrez des offres issues de ces sites Web et de nombreux autres, dès leur publication. Pour élargir notre liste d’offres, nous publions une documentation ouverte à l’attention de tous les recruteurs – plateformes tierces, employeurs directs, grands ou petits – qui explique comment rendre leurs offres d’emploi consultables dans ce nouvel outil.

Nous pouvons tous être amenés un jour à chercher du travail, quels que soient notre condition et origine sociales, notre parcours et nos expériences. Que vous soyez à la recherche d’un premier emploi, en reconversion professionnelle ou en quête d’un travail mieux rémunéré pour une famille qui s’agrandit, nous espérons que cette nouvelle expérience sur Google rendra votre recherche d’emploi plus simple et plus efficace.


Ce lancement s’inscrit dans la continuité des initiatives engagées par Google en Afrique sub-saharienne pour améliorer les opportunités économiques des chercheurs d’emploi et des employeurs, comme en témoigne l'initiative Grow with Google. Le programme Digital Skills for Africa, engagement de Google à former un million de jeune africains entre avril 2016 et mars 2017, a atteint voire dépassé ses objectifs. En juillet 2017, l’initiative a été renouvelée avec pour objectif de former 10 millions de jeunes d’ici à 2022 et 100 000 développeurs dans toute la région.

Publié par Christina Lin, Directrice du marketing produit, Afrique sub-saharienne.