Category Archives: Google Africa Blog

Google Africa Blog

Backing Africa’s forward thinkers — Meet the 2018 Google.org Impact Challenge winners

Today is a day for celebration. 

Six months ago, the Google Impact Challenge (GIC) asked Kenyan, Nigerian, and South African social innovators for big and bold ideas to drive community impact. We received more than 5,000 submissions across the continent.

Today, 36 local nonprofit leaders and social entrepreneurs across Kenya, Nigeria, and South Africa stood onstage and pitched their ideas to grow economic opportunity in their countries and beyond to a panel of expert judges. 12 total finalists were selected as winners by our judges and three “People’s Choice” awardees were announced, after more than 200,000 public votes were tallied, the highest in any Impact Challenge globally.

We would like to congratulate the winners in each country:
“GICAfrica
Thanks to all of those who applied, took time preparing their proposals and shared ways in which they wanted to impact their communities. Congratulations to the finalists who have made it today.We will be rooting for you and will partner you with Googlers to bring your ideas to life over the coming months.

Winners will receive a $250,000 grant from Google.org, while finalists will receive a $125,000 grant - totaling $6M in new grant funding across the continent.

We’re inspired by the passion and vision of all of our finalists - and the real work is just beginning. We are excited to partner with these organizations as they dig in to new and innovative projects to make our communities even better.

Thanks to everyone from all of the organisations who applied, all of the public who voted, to our esteemed judges, and most of all, the 36 finalists. Today was a celebration because of you.

    Posted by Adepoju Abiodun - Product Marketing Manager, Grow with Google

     ====



    Soutenir les visionnaires en Afrique - Découvrez les lauréats du 2018 Google.org Impact Challenge

    Aujourd’hui est un jour de fête.

    Il y a six mois, le Google Impact Challenge (GIC) avait demandé aux innovateurs sociaux Kényans, Nigérians et Sud-africains de proposer des idées marquantes et audacieuses pouvant avoir un impact réel au sein de leurs communautés. Nous avons reçu plus de 5 000 propositions de tout le continent.

    Aujourd’hui, 36 responsables d’organisme à but non lucratif et d’entrepreneurs sociaux au Kenya, au Nigeria et en Afrique du Sud sont venus présenter à un panel d’experts leurs projets destinés à développer des opportunités économiques dans leurs pays et au-delà. Nos jurés ont sélectionné 12 finalistes et trois « Prix du public » ont été annoncés après le décompte de plus de 200,000 votes du public, record mondial battu pour le Google Impact Challenge.

    Nous adressons toutes nos félicitations aux lauréats de chaque pays :
    “GICAfrica
    Merci à tous ceux qui ont postulé, pris du temps pour préparer leur proposition et expliqué comment ils souhaitaient changer la vie au sein de leurs communautés. Félicitations aux finalistes pour leur parcours. Nous allons vous accompagner et vous mettre en relation avec des employés de Google pour donner vie à vos idées dans les prochains mois.

    Les lauréats recevront une bourse de 250 000 $ de Google.org, et les finalistes une bourse de 125 000 $, soit un financement total de 6 millions de dollars pour l’ensemble du continent.

    La passion et la vision de tous nos finalistes sont de véritables stimulants pour nous. Mais c’est maintenant que le véritable travail commence. Nous avons hâte de collaborer avec ces organisations pour mettre en œuvre ces projets novateurs et changer la vie au sein de nos communautés.

    Merci aux membres de toutes les organisations qui ont postulé, à l’ensemble du public qui a voté, à nos très estimés jurés et, surtout, aux 36 finalistes. Cette journée a été une fête grâce à vous.

    Publié par Adepoju Abiodun - Directeur du marketing produit, Se développer avec Google

    Making smartphones more affordable and accessible in Africa

    From the beginning of Google, our mission — to organize the world’s information and make it universally accessible and useful — has always pushed us to bring more people online and create a more inclusive Internet. This is particularly true for Africa, where the population is over 1.2 billion and the number of working age young people will exceed that of the rest of the world combined by 2035. In Africa - where over 800 million people still do not have access to an internet-connected device - we aspire to provide access, products and platforms that enable them to succeed.


    To this end, we have worked with our partners, the mobile network operators and device manufacturers from across the continent and globally. We listened carefully to our users who wanted faster devices and more storage in particular, and created Android (Go edition). This configuration of the Android OS is optimized for entry level devices and comes with a tailored suite of popular Google apps. 


    Android (Go edition) compliments our partners’ hardware innovations to overcome challenges such as limited storage space, battery life, lack of mobile data usage or device cost. We strive to bring the power of computing, access to the web and apps to everyone:






    In the last 2 years we have made great strides in reaching this goal. Teaming up with manufacturers and telecommunication services providers, we launched over 60 Android (Go edition) smartphones in 49 African countries.


    Thanks to our partnership with Safaricom, Kenyans now have the country's most affordable smartphone, “Neon Kicka 4” retailing at KES 3,500 (USD ~35) at their disposal. This has allowed thousands of people to convert from an older feature phone to a smartphone - making it their first smartphone ever. Similarly, budget conscious smartphone users in Nigeria can now purchase Android (Go edition) devices like the Tecno F1 or the Tecno Spark 2 which have become favorites amongst tech savvy early adopters. In South Africa 3G and 4G Android (Go edition) devices offered by Vodacom come with digital packages that make streaming high resolution videos faster and more affordable than ever before.


    With Android (Go edition) applications like YouTube Go and Maps Go, we have built our core services from the ground up to work better on slower networks even when you are offline. They consume less data and help people save money.


    This week at AfricaCom in Cape Town, we will come together with many of our partners to continue working to bring the transformative power of the internet to more Africans than ever before.


    Posted by Mahir Sahin, Director, Android Partnerships Africa



     ==== 

    Announcing the finalists for the 2018 Google Impact Challenge Africa

    It’s not every day that you get a chance to make your community a better place. A few months ago, we kicked off the first Google Impact Challenge in NigeriaKenya and South Africa- a competition to find and fund the most innovative nonprofits and social enterprises that are using technology to create economic opportunity in their communities. We were bowled over by the response - more than 5000 nonprofits shared their best ideas with us.


    Today, we’re announcing the finalists in the competition, who will all receive a $125,000 grant as well as support and training from Google to implement their ideas. We are also inviting the public to vote on their favourite projects. The people’s choice winner will double their award and win $250,000.



    The 36 projects we have selected are all exciting and innovative applications of technology to solve big problems and create economic opportunity at scale. From building an interactive website to enhance public participation and transparency in policing, to developing a mobile information platform that empowers women traders to work safely across East Africa and building disability-friendly Digital Hubs to ensure persons with disabilities have access to ICT skills: All these are bold ideas that highlight both Africa’s talent for innovation and our culture of helping others.


    The Finalists


    Kenya
    1. Creatives Garage: Kalabars - A platform that seeks to address issues that stifle the creative industry in Kenya. Creatives Garage focuses on African content, and wants African stories to be told in an African context
    2. M-Shule: A personalised learning platform that combines AI with SMS to transform primary school education for students across Africa.
    3. AfriScout—A PCI Social Enterprise: Revolutionising the way pastoralists make migration decisions using the power of satellite and mobile technology.
    4. GiveDirectly Kenya: Giving unconditional cash grants to hundreds of young people living in Nairobi’s urban informal settlements to support entrepreneurship.
    5. Sauti East Africa: A mobile information platform empowering women cross-border traders to work safely, legally and profitably across East Africa.
    6. UjuziKilimo Solutions: Sensors and Big Data analytics for small holder precision farming.
    7. Global Minimum InLab: Innovation Labs to empower vulnerable Kenyan youth.
    8. Lewa Wildlife Conservancy: A digital literacy programme to provide fair access to quality education to children and youth in marginalised communities.
    9. Startup Lions: A home for Africa’s rural youth to learn, earn and innovate.
    10. NairoBits Trust: Tech for Empowerment: Leveraging on technology to transform lives.
    11. African Prisons Project: Enhancing access to justice and economic empowerment.
    12. The Somo Project: Empowering entrepreneurs to create change in their underserved communities.

    Nigeria
    1. Rural Development and Reformation Foundation (RUDERF): OLEJU economically empowers females to become skilled artisans, utilizing creative recycling technology as a major tool.
    2. BudgIT Foundation: Raising a community of active citizens that tracks and monitors government projects in their community to ensure quality service delivery.
    3. The Roothub Tech 101: A training programme to equip disadvantaged youths in rural areas of Nigeria with digital skills.
    4. HelpMum: Using low-cost innovations and the power of mobile technology to tackle maternal and infant mortality in underserved and remote areas in Nigeria.
    5. Vetsark: Data science technology to protect crops and livestock from pests and diseases.
    6. Solar Sister Nigeria: Empowering women entrepreneurs from underserved communities to build clean energy businesses.
    7. The Cece Yara Foundation: Project Safe Access - Providing a safe platform for free access to healing and justice, for children experiencing sexual abuse in Nigeria.
    8. LearnFactory Nigeria: EmBED (Education made Beautiful, Engaging & Delightful): making education accessible, affordable, engaging and delightful for all kids through technology and borderless classrooms.
    9. Junior Achievement Nigeria: Entrepreneurship and digital skills training for secondary school students to create 10,000 young digital entrepreneurs by 2025.
    10. Project Enable Africa: Disability-friendly Digital Hubs to promote the access of persons with disabilities and their caregivers to ICT skills and opportunities.
    11. Bunmi Adedayo Foundation (BAF): Continuous in-service training for public primary school teachers.
    12. Seed Tracker - IITA: Seed Tracker is a digital app to enhance quality seed production and access to seed markets.

    South Africa
    1. Clothes to Good: Helping mothers of children with disabilities to find financial independence in a green eco-system via clothing recycling.
    2. Corruption Watch: BUA MZANSI: An online interactive website to enhance public participation and transparency in policing.
    3. Gradesmatch: A platform to serve as a comprehensive career guide.
    4. GreenFingers Mobile: A digital solution to enable small and emerging farmers to access the market.
    5. hearX Group: Ears and Eyes for Education (3E) - a mHealth supported community-based programme.
    6. Memeza Shout Crime Prevention: Bringing safety to vulnerable people through a Public Community Alarm System.
    7. mLab CodeUp!: Matching coders to community startups to build prototypes and gain practical work experience.

    8. Quirky 30 NPC:Coding a New Future.

    9. RLabs (Zlto Digital Platform): A mobile and blockchain platform that tracks and incentivises positive behaviour in youths.

    10. Saide’s African Storybook initiative: An offline app to create and publish illustrated digital African storybooks with young children.

    11. The MakerSpace Foundation: The MakerSpace offers tools, technology, training and physical work space to enable people to make things that improve the world around them.

    12. The Youth Employment Service: A business-driven collaboration with government that offers a disruptive approach to South Africa's youth unemployment challenge.

    And now it’s YOUR turn to have a say. Head over to the Nigeria voting site , Kenya voting site and South Africa voting site to learn more about the finalists in each of the countries, and to vote for the projects that you care about most. Voting opens today and you have until November 27 to select your favourite projects. In addition to the People's Choice Winner, our expert panel of Judges will select three additional winners after a live pitching session on November 28. These winners will also receive $250,000 in funding

    We created the Google Impact Challenge because we truly believe that technology has the power to transform lives. Together, let’s empower Africans to drive community impact.

    Posted by Adepoju Abiodun - Product Marketing Manager, Grow with Google



     
     ====



    Publication de la liste des finalistes du Google Impact Challenge Africa de 2018

    Ce n’est pas tous les jours que l’on a la chance d'œuvrer pour que la vie soit plus douce au sein de sa communauté. Il y a quelques mois, nous avons lancé le premier Google Impact Challenge au Nigeria, au Kenya et en Afrique du Sud – un concours visant à identifier et financer les associations à but non lucratif et les entreprises sociales les plus innovantes, qui utilisent la technologie pour ouvrir des perspectives économiques au sein de leurs communautés. Nous avons été sidérés par le nombre de réponses : plus de 5 000 organismes à but non lucratif ont partagé leurs meilleures idées avec nous.

    Aujourd’hui, nous annonçons les finalistes du concours, qui vont tous recevoir une bourse de 125 000 $, ainsi qu’un soutien et une formation de Google pour concrétiser leurs idées. Nous invitons également le public à voter pour leurs projets favoris. Le lauréat du prix du public verra son prix doubler et gagnera 250 000 $.

    Les 36 projets que nous avons sélectionnés sont tous des applications technologiques innovantes et passionnantes qui apportent une solution à des problèmes majeurs et ouvrent des perspectives économiques d’envergure. Depuis la création d’un site Web interactif pour renforcer la participation du public et la transparence dans la politique, jusqu’au développement d’une plateforme d’information mobile permettant aux femmes commerçantes de travailler en toute sécurité en Afrique de l’Est, en passant par la création de Hubs numériques grâce auxquels les personnes handicapées peuvent acquérir des compétences en TIC : toutes ces idées mettent en valeur le talent de l’Afrique pour l’innovation et notre culture d’entraide.


    Les Finalistes



    Kenya
    1. Creatives Garage: Kalabars - Se réapproprier l’histoire de l’Afrique. 
    2. M-Shule: Plateforme d'apprentissage personnalisé qui combine l’intelligence artificielle aux SMS pour transformer l’enseignement à l'école primaire en Afrique. 
    3. AfriScoutA PCI Social Enterprise: Révolutionner la façon dont les nomades choisissent leur prochaine destination, grâce à la puissance des technologies satellitaire et mobile. 
    4. GiveDirectly Kenya: Attribuer des bourses sans condition à des jeunes des bidonvilles de Nairobi pour favoriser l’entrepreneuriat. 
    5. Sauti East Africa: Plateforme d’information mobile permettant aux commerçantes transfrontalières de travailler de manière légale, sécurisée et rentable en Afrique de l’Est. 
    6. UjuziKilimo Solutions: Capteurs et analyses Big Data pour aider les petits fermiers à améliorer leurs pratiques agricoles. Global Minimum InLab: Laboratoires d’innovation mis à la disposition des jeunes Kényans vulnérables. 
    7. Lewa Wildlife Conservancy: Programme d’acquisition de compétences numériques offrant un accès équitable à un enseignement de qualité pour les enfants et les adolescents de communautés marginalisées. 
    8. Startup Lions: Foyer permettant aux jeunes ruraux africains d'apprendre un métier, de gagner leur vie et d’innover. 
    9. NairoBits Trust: La technologie au service de l'émancipation : utiliser la technologie pour transformer la vie. 
    10. African Prisons Project: Améliorer l'accès à la justice et l'indépendance économique. 
    11. The Somo Project: Permettre aux entrepreneurs d’insuffler du changement dans leurs communautés défavorisées.


    Nigeria
    1. Rural Development and Reformation Foundation (RUDERF): OLEJU aide financièrement les femmes à démarrer une activité artisanale, en utilisant essentiellement des technologies de recyclage créatives. 
    2. BudgIT Foundation: Fonder une communauté de citoyens actifs qui suivent et surveillent les projets gouvernementaux pour garantir la qualité de service. 
    3. The Roothub Tech 101: Programme de formation qui aide les jeunes Nigérians issus de milieux ruraux défavorisés à acquérir des compétences numériques. 
    4. HelpMum: Utiliser des innovations abordables et la puissance des technologies mobiles pour réduire la mortalité maternelle et infantile dans les zones reculées et mal desservies du Nigeria. 
    5. Vetsark: Technologie basée sur la science des données et visant à protéger les cultures et les animaux d'élevage contre les parasites et les maladies. 
    6. Solar Sister Nigeria: Permettre aux femmes entrepreneurs au sein de communautés reculées de créer des entreprises qui apportent des énergies renouvelables. 
    7. The Cece Yara Foundation: Project Safe Access - Création d'une plateforme sécurisée offrant un accès gratuit aux soins et à la justice, pour les enfants victimes d'abus sexuels au Nigeria. 
    8. LearnFactory Nigeria: EmBED (Education made Beautiful, Engaging & Delightful) : rendre l'éducation accessible, abordable, motivante et amusante pour tous les enfants grâce à la technologie et à des classes sans frontières. 
    9. Junior Achievement Nigeria: Formation à l’entrepreneuriat et aux compétences numériques, destinée aux élèves du secondaire et visant à créer 10 000 jeunes entrepreneurs numériques d’ici à 2025. 
    10. Project Enable Africa: Hubs numériques dont le but est de favoriser l'accès des personnes handicapées et de leur personnel soignant à des opportunités et à des formations dans le secteur des TIC.
    11. Bunmi Adedayo Foundation (BAF): Formation continue destinée aux enseignants du primaire.
    12. Seed Tracker - IITA: Application numérique visant à améliorer la production de semences de qualité et l'accès aux marchés de semences.


    Afrique du Sud

    1. Clothes to Good: Aider les mères d’enfants handicapés à obtenir l’indépendance financière dans un système vertueux de recyclage de vêtements.
    2. Corruption Watch: BUA MZANSI: Site Web interactif visant à favoriser la participation du public et la transparence dans la politique.
    3. Gradesmatch: Plateforme conçue pour servir de guide complet de parcours professionnel.
    4. GreenFingers Mobile: Solution numérique permettant aux exploitants agricoles de petite taille et émergents d’accéder au marché.
    5. hearX Group: Ears and Eyes for Education (3E) - Programme de mise en place d’un système de santé mobile auprès des communautés.
    6. Memeza Shout Crime Prevention: Protéger les personnes vulnérables grâce à un système d'alarme public et communautaire.
    7. mLab CodeUp!: Mettre en relation les codeurs et les start-ups au sein d’une communauté pour créer des prototypes et gagner en expérience pratique.
    8. Quirky 30 NPC: "Coder un nouveau futur"
    9. RLabs (Zlto Digital Platform): Plateforme mobile et blockchain qui suit et encourage les comportements positifs chez les jeunes.
    10. Saide’s African Storybook initiative: Application hors connexion permettant de créer et de publier des livres numériques illustrés d’histoires africaines pour jeunes enfants.
    11. The MakerSpace Foundation: MakerSpace propose des outils, une technologie, une formation et un espace de travail physique permettant de prendre des initiatives pour améliorer son environnement.
    12. The Youth Employment Service: Collaboration commerciale avec le gouvernement, proposant une approche révolutionnaire pour lutter contre le chômage des jeunes en Afrique du Sud.


    Maintenant, c’est à VOUS de jouer. Accédez aux sites de vote du Nigeria, du Kenya et d’Afrique du Sud pour connaître les finalistes dans chacun de ces pays, et votez pour les projets qui vous touchent le plus. Le vote débute aujourd’hui et vous avez jusqu'au 27 novembre pour choisir vos projets favoris. Outre le projet du public, notre panel de jurys choisira trois lauréats à l’issue d’une session de lancement en direct le 28 novembre. Ces lauréats recevront également 250 000 $.

    Nous avons créé le Google Impact Challenge, car nous sommes convaincus que la technologie a le pouvoir de transformer la vie. Ensemble, donnons aux Africains les moyens d’avoir un impact réel au sein de leurs communautés.

    Publié par Adepoju Abiodun - Directeur du marketing produit, Se développer avec Google

    Announcing 10,000 Grow with Google Developer Scholarships with Pluralsight and Andela


    There has never been a better time to bridge the skills gap among developers in Africa. According to TheNextWeb, it is well established that there’s a severe developer shortage in Africa. At Google, we have consistently invested in helping the developer and Startup community to get easy access to all the latest technology that is shaping the world today.


    In March 2018, following our commitment to train 100K developers across the region in 5 years, we announced a 15,000 Google Africa Scholarship challenge to provide Android and Web development trainings to developers across Africa. We also announced the launch of the Developer Students Clubs. Through these programs more than 8,000 developers have received training to help build their web / mobile development skills, with more than 100 unique student stories describing the program’s impact on recipient’s career, employment, and even start-up creation. We invite you to watch Adaobi's story on YouTube.


    But there’s still so much to do. This is why today, we are excited to announce a partnership with Pluralsight and Andela to support 10,000 aspiring and professional developers in Africa with a 4-month access to Android and Mobile web courses. This opportunity is open to successful graduates of the Google Africa Scholarship Challenge, Developer student clubs, GDGs and other aspiring and professional developers across Africa.


    Pluralsight is a technology learning platform which will provide useful training content, while the Andela ALC program will provide mentorship to learners enrolled in this program. The aim of this program is to provide a continuous engagement platform to aspiring and existing developers in Africa on a track to become professional developers with skills that can get them through the Google certification to demonstrate job readiness.

    Follow the link below to learn more and redeem this opportunity:


    Although it is still early days into our 100k commitment, the successes we have seen so far inspires and drives us to continue to launch new initiatives aimed at increasing the number of employable skilled software developers in Africa while striving to bridge the unemployment gap on the continent.

    Posted by:
    William Florance, Head, Economic Impact Programs




     ====




    Hausse annoncée de 10 000 bourses de développeur Google avec Pluralsight et Andela


    Les développeurs en Afrique n’ont jamais bénéficié de meilleures conditions pour acquérir les compétences dont ils ont besoin. Selon TheNextWeb, le manque de développeurs sur le continent africain est une réalité incontestée. Chez Google, nous nous investissons beaucoup pour aider la communauté des développeurs et des start-ups à accéder aux technologies de pointe qui façonnent le monde d’aujourd’hui.

    En mars 2018, suite à notre engagement de former 100 000 développeurs dans cette région en 5 ans, nous avons annoncé un Google Africa Scholarship Challenge dont l’objectif est de permettre à 15 000 développeurs africains d’assister à des formations de développement web et Android. Nous avons également annoncé la création de Clubs d’étudiants développeurs. Grâce à ces programmes, plus de 8 000 développeurs ont suivi des formations en développement web/mobile, et plus de 100 étudiants ont témoigné de l’impact de ces programmes sur leur carrière, leur situation professionnelle ou la création de start-ups. N’hésitez pas à regarder les témoignages d’Adaobi sur YouTube.

    Mais il reste encore beaucoup à faire. Voilà pourquoi, aujourd’hui, nous sommes heureux d’annoncer un partenariat avec Pluralsight et Andela, qui permettra à 10 000 développeurs africains en herbe ou professionnels d’accéder à des formations en ligne sur les plateformes Android et mobiles pendant 4 mois. Cette opportunité s’adresse aux jeunes diplômés du Google Africa Scholarship Challenge, aux clubs d’étudiants développeurs, aux groupes de développeurs Google, ainsi qu’à d’autres développeurs en herbe ou professionnels en Afrique.

    Pluralsight est une société qui propose des formations en ligne sur les technologies de pointe, et le programme Andela ALC assure un tutorat aux étudiants inscrits à ce programme. Le but de ce programme est de mettre une plateforme d’engagement continu à la disposition des développeurs, actuels et futurs, en Afrique afin de les aider à acquérir les compétences dont ils auront besoin pour décrocher la certification Google et démontrer leur employabilité.


    Suivez le lien ci-dessous pour en savoir plus et bénéficier de cette opportunité :
    Si nous n’en sommes qu’aux prémisses de notre engagement de former 100 000 développeurs, les succès remportés jusqu’à aujourd’hui nous incitent à multiplier les initiatives pour augmenter le nombre de développeurs logiciels qualifiés en Afrique et redoubler d’efforts pour réduire le chômage sur ce continent.

    Publié par :
    William Florance, Directeur, Programmes Impact Économique

    Google for Kenya: Helping to grow the Kenyan economy


    11 years ago today, we opened our office in Nairobi - our first in Africa. Since then, we’ve been focused on our mission to make information accessible and useful to everyone and we’ve initiated programmes to connect people, equip young Kenyans with digital literacy skills, support local businesses to get the most out of the web, and to put Kenyan tourism on the global map. 

    Today, we’re announcing more products and programs aimed at boosting the Kenyan economy.



    Training 100,000 smallholder farmers in digital skills

    We’re announcing today a $1 million Google.org initiative to provide digital skills training to more than 100,000 smallholder farmers in low-income and rural Kenya in the next year. We’ll be partnering with One Acre Fund, a non-profit organisation headquartered in Kakamega, Kenya and that has experience in providing training, products and services on credit to smallholder farmers.

    The aim is to help these farmers make the most of the web for their agribusinesses, so that they can increase yields and productivity. The funds will allow them to digitise operations and tasks (training, payments, crop health etc).



    Street View on Google Maps
    Over the past decade, we’ve continually improved Google Maps to help you find the best places to go to, the best time to do it and how to get there efficiently.

    Today, we’re launching Street View of 9,500 km of beautiful imagery of Kenya available on Google Maps and accessible to everyone around the world. With Street View, Kenyans and tourists alike will now get a more immersive experience as they navigate and explore cities and destinations around the country.


    Motorbike Mode on Google Maps
    Every day we make decisions about where to go, how to get there, when to set out; and Google Maps can help with these choices. The motorbike, or ‘bodaboda’, has become a popular way to get around in Kenya with over a million Kenyans using motorbikes as their preferred mode of transport. Today, for the first time in Africa, we’re excited to announce a dedicated travel mode for motorcycles, which will provide directions and voice navigation. We hope that Motorbike Mode will help keep Kenyans on the move and we’ll be working to make the feature even more useful in the coming months.


    Grow with Google Initiatives
    Last year, we announced initiatives aimed at getting people in Africa the right skills and tools to make the digital world work for them, their businesses and their communities.

    As of today, our digital skills program has trained more than 2.5 million Africans as we work to reach the 10 million promised. In Kenya, we have trained over 200,000 job seekers and over 400,000 businesses on various digital skills relevant to their career goals and business needs.

    We’ve also trained more than 9,000 Africans developers who are on their way to becoming Google certified. And together with our partners Udacity and Andela, we’ve provided 15,000 two-month “single course” scholarships and 500 six-month nanodegree scholarships to aspiring and professional developers across Africa. Our developer training programs are all about enabling African developers for the jobs of the future, today. As such, we have seen many graduates from our program connected to jobs. Allan Juma, based in a rural community in Kenya, now has a job after participating in the Google Africa scholarship program.

    Later this month, we will be announcing 10,000 developer scholarships with Pluralsight and Andela to continually support developers in Africa.



    Launchpad Accelerator Africa

    In March, we kicked off the first class of Launchpad Accelerator Africa, our program to provide over $3 million in equity-free support to African tech startups including mentorship, working space and access to technology. Four startups from Kenya have already benefited from the program:
    • Pezesha - Class 1- a scalable Peer to Peer microlending marketplace that allows Kenyans to loan to other Kenyans, securely, via mobile money using big data and credit analytics.
    • Flexpay - Class 1 - an automated and secured layaway e-commerce system
    • Cloud9xp - Class 2: an online marketplace and booking service that allows people to buy and sell experiences in various locations across Africa and the Middle East. 
    • PayGo Energy -Class 2: PayGo’s smart meter and connected software service allows players in the LP gas (LPG) value chain to better service their customers, driving the adoption of clean cooking fuels.


    Google Impact Challenge
    The application process of the ongoing Google Impact Challenge in Kenya, Nigeria and South Africa closed with over 5,500 entries. This is part of Google’s $20m Google.org commitment to Africa over the next five years and it’s the first time we are running a Google Impact Challenge in Africa.

    Many African innovators are doing great work with real impact and we’re keen to shine a light on them, and give a financial boost to their projects and ideas. The process of selecting the 12 finalists has begun and the winners will be unveiled on November 28 in Lagos, Nairobi and South Africa.
    We believe technology can help local and national organisations to better reach their goals and solve some of the continent’s most pressing challenges, and we are eager to back people who are using technology in new ways to make a positive difference in their communities.


    YouTube Silver Buttons

    Over the past year, we’ve seen an 80% increase in mobile usage of YouTube: more people spending more time watching YouTube videos. This growth is fueled by all of the incredible content that creators are uploading to YouTube. Globally, over 400 hours of video are uploaded on YouTube every minute.

    Today we awarded the Silver Play Button, an award for YouTube channels that surpass 100k subscribers, to five Kenyan YouTube creators:

    This award is a testament to the hard work and dedication that these creators have shown in developing their channel to such a professional level. This vibrant creator community inspires us to build features that make watching videos easier and more engaging for viewers.

    This is all part of our aim of helping Kenyans make the most of the Internet and grow the economy.




     ====




    Google pour le Kenya : Contribuer à développer l’économie kényane

    Il y a 11 ans aujourd’hui, nous ouvrions nos bureaux à Nairobi, nos premiers en Afrique. Depuis, nous nous sommes concentrés sur notre mission visant à rendre l’information accessible et utile à tous, et nous avons lancé des programmes pour connecter les gens entre eux, former les jeunes Kényans aux outils numériques, aider les entreprises locales à tirer le meilleur parti du Web et faire connaître le Kenya aux touristes du monde entier.

    Aujourd’hui, nous présentons d’autres produits et programmes qui vont dynamiser l’économie kényane.

    Former 100 000 petits exploitants agricoles aux outils numériques
    Nous annonçons aujourd’hui une initiative Google.org de 1 million d’euros, dont l’objectif est de former plus de 100 000 petits exploitants agricoles aux outils numériques l’année prochaine. Pour ce faire, nous travaillerons avec One Acre Fund, une organisation à but non lucratif dont le siège est situé à Kakamega, au Kenya, et qui finance à crédit des formations, des produits et des services pour les paysans à faible revenu.

    Le but est d’aider ces fermiers à exploiter au mieux le Web dans leurs activités agricoles pour augmenter les rendements et la productivité. Ces fonds leur permettront de numériser leurs opérations et leurs tâches (formation, paiements, santé des cultures, etc.).


    Street View sur Google Maps
    Durant la dernière décennie, nous avons amélioré Google Maps en permanence pour vous aider à trouver les plus beaux sites à visiter, le meilleur moment pour le faire et le moyen idéal pour vous y rendre.

    Aujourd’hui, dans l’outil Street View de Google Maps, nous mettons en ligne 9 500 km de routes kényanes cartographiées et accessibles dans le monde entier. Avec Street View, les Kényans comme les touristes peuvent découvrir les villes et les destinations du pays comme s’ils y étaient.




    Mode Moto de Google Maps

    Chaque jour, nous devons décider où aller, par quel chemin et quand partir. Google Maps nous aide dans ces choix. La moto, ou « bodaboda », est un moyen de transport très prisé au Kenya. Plus d’un million de Kényans en ont fait leur mode de transport favori. Aujourd’hui et c’est une première en Afrique, nous sommes heureux de présenter un mode de déplacement dédié aux motos, qui propose des itinéraires et une navigation vocale. Nous espérons qu’il aidera les Kényans dans leurs déplacements et nous allons continuer à en améliorer le fonctionnement dans les prochains mois.

    Compétences numériques en Afrique
    L’année dernière, nous avons présenté des initiatives visant à fournir aux Africains les compétences et les outils dont ils ont besoin pour qu’eux-mêmes, et à travers eux leurs activités et leurs communautés, puissent profiter des avantages du monde numérique.

    À ce jour, notre programme de compétences numériques nous a permis de former plus de 2,5 millions d’Africains sur les 10 millions prévus. Au Kenya, ce sont plus de 200 000 demandeurs d’emploi et plus de 400 000 entreprises qui ont acquis des compétences numériques utiles pour leurs objectifs professionnels et leurs besoins commerciaux.

    Nous avons également formé plus de 9000 développeurs africains qui sont en passe d’obtenir une certification Google. En outre, en partenariat avec Udacity et Andela, nous avons octroyé 15 000 bourses pour une formation spécifique de 2 mois et 500 bourses pour suivre un Nanodegree d’une durée de 6 mois, à des développeurs débutants ou professionnels de plusieurs pays africains. Nos programmes visent à former aujourd’hui les développeurs africains aux emplois de demain. De fait, un grand nombre de diplômés de notre programme ont déjà un emploi. Allan Juma, membre d’une communauté rurale au Kenya, a trouvé du travail après avoir bénéficié du programme de bourse Google Africa.
    Avant la fin du mois, nous allons annoncer 10 000 bourses de développeur, avec Pluralsight et Andela, pour continuer de soutenir les développeurs en Afrique



    Launchpad Accelerator Africa

    En mars, nous avons lancé la première session du programme Launchpad Accelerator Africa destiné à apporter une aide financière de plus de 3 millions de dollars à des start-ups technologiques basées en Afrique. Ce programme prévoit de l’accompagnement, la mise à disposition d’espaces de travail et un accès à la technologie. Au Kenya, quatre start-ups ont déjà bénéficié de ce programme :
    • Pezesha - Classe 1 : plateforme de microcrédit évolutive en « peer-to-peer » qui permet aux Kényans de prêter de l’argent à leurs concitoyens via un service de paiement mobile basé sur le Big Data et l’analyse de crédit.
    • Flexpay - Classe 1 : système d’achat en ligne avec mise en dépôt (« layaway ») automatisé et sécurisé.
    • Cloud9xp - Classe 2 : plateforme de réservation en ligne permettant aux utilisateurs d’acheter et de vendre des expériences dans différents lieux d’Afrique et du Moyen-Orient. 
    • PayGo Energy - Classe 2 : compteur intelligent et service logiciel connecté permettant aux acteurs de la chaîne de valeur du GPL (gaz de pétrole liquéfié) de mieux servir leurs clients et de généraliser l’utilisation de combustibles plus propres en cuisine.

    Google Impact Challenge
    Plus de 5 500 candidatures ont été déposées pour le Google Impact Challenge au Kenya, au Nigeria et en Afrique du Sud. C’est la première fois que nous lançons un Google Impact Challenge en Afrique. Cette initiative fait partie d’un plan d’investissement de 20 millions de dollars de Google sur ce continent pendant les cinq prochaines années.
    De nombreux innovateurs africains font un travail remarquable dont l’impact est réel sur les communautés. C’est pourquoi nous souhaitons donner un coup de projecteur sur ces associations en leur apportant une aide pour financer leurs projets et leurs idées. Le processus de sélection des 12 finalistes a commencé et les lauréats seront désignés le 28 novembre à Lagos, à Nairobi et en Afrique du Sud.

    Nous sommes convaincus que les outils technologiques peuvent aider les organisations locales et nationales à atteindre leurs objectifs et à résoudre une partie des problèmes parmi les plus urgents auxquels ce continent est confronté. Nous voulons également soutenir les personnes qui utilisent ces outils de manière innovante afin d’améliorer la vie de leurs communautés.

    Prix YouTube Silver Button
    L’année dernière, l’utilisation mobile de YouTube a bondi de 80 % : les vidéos YouTube sont de plus en plus consultées et les internautes consacrent de plus en plus de temps à cette activité. Cette hausse s’explique par la qualité incroyable des contenus que les créateurs chargent sur YouTube. À travers le monde, ce sont plus de 400 heures de vidéo qui sont chargées sur YouTube chaque minute.

    Aujourd’hui, nous avons remis le prix Silver Play Button, qui récompense les chaînes YouTube ayant dépassé les 100 000 abonnés, à cinq YouTubeurs kényans :
    Ce prix vient récompenser le travail et le dévouement dont ces créateurs ont fait preuve pour développer leur chaîne à ce niveau de professionnalisme. Le dynamisme de cette communauté de créateurs nous incite à créer des fonctionnalités qui facilitent le visionnage des vidéos et renforcent l’attrait des vidéos pour les spectateurs.

    Autant d’initiatives qui s’inscrivent dans notre projet d’aider les Kényans à tirer le meilleur partir d’Internet et à développer l’économie.

    Celebrating the Web Rangers programme in Africa!

    Children should feel safe on the internet. Their experiences online should be fun and informative, this is why at Google, protecting children online is something we care about deeply and are committed to.

    For children, the Internet can aid with their school work, help them connect with friends, and offer a creative outlet. At the same time, children have been exposed to some of the worst forms of exploitation, violence and abuse online.

    It is therefore important that we all work closely together in order to mitigate the unintended negative aspects of this medium on children, while at the same time maximizing the benefits they can accrue from it.
    Web Rangers posing questions to two Kenyan Members of Parliament
    In 2016 on Safer Internet Day, we announced that we were launching our digital literacy programme, Web Rangers, in 3 African countries (Nigeria, Kenya and South Africa). Today, we are happy to report that the programme has grown exponentially in these countries. Working together with our implementing partners and government departments in these countries, the programme has positively impacted many children:
    • In South Africa, together with our local partner Media Monitoring Africa, we’ve implemented the programme in 3 provinces, reaching 2,000 learners, 50 volunteers and over 50 schools;
    • In Nigeria, working together with the Public & Private Development Centre, over 2,000 learners from 20 schools have been directly trained in 3 states, but the campaign has reached over 15,000 learners in 36 states through a partnership with the National Film and Video Censors Board; and,
    • In Kenya, following a 2015 challenge from President Uhuru Kenyatta, who called for the programme to harness the agency of young people to use technology to build bridges of peace and understanding in their online and offline communities, the programme (through our implementing partners Code-IP Trust, Twaweza Communications, the Ministry of Education and the National Cohesion & Integration Commission) launched a project called Amani Hangout Bridges, which focuses on bringing together a diversity of youth in Kenya to use tech to build bridges of peace, promote diversity and understanding. A total of 176 schools have directly participated in the Web Rangers programme (training 3,500 learners and 1,500 teachers), while 350 learners in 13 high schools have participated in the Amani Hangout Bridges programme.
    Two weeks ago, we brought together 26 Web Rangers from the participating countries for the first ever Web Rangers Africa Summit. The chosen Web Rangers were able to meet with each, other child safety nonprofits and policymakers and share ideas on how they can make the Internet a safer place for young Internet users in their respective countries.

    Web Rangers posing for the cameras during a visit to the Kenyan parliament.
    Some of the highlights of the Summit included a bootcamp on how to make campaign videos for online audiences on topics such as diversity and inclusion, trust, tolerance and responsibility. Web Rangers also learnt how to real life child safety issues - focusing on cyberbullying, sexting, sharing personal information online and catfishing - and came up with policy scenarios on how to deal with each of these in the real world.



    The winning video from the YouTube Competition was produced by students from Kenya, Nigeria and South Africa, using only their smartphones.

    Web Rangers, policymakers and caregivers also joined their heads to developed a draft Children's Charter Rights and Responsibilities Online, which was presented to Honourable Raphael Tuju, Minister in the President's Office (Republic of Kenya). Hon. Tuju, who also handed out certificates of participation to the Web Rangers, acknowledged the value of digital literacy programmes such as these in complementing the work that is being done by parents, teachers, guardians and governments in ensuring that children grow up to become responsible digital citizens.

    Graduation ceremony certificates were presented by Minister Raphael Tuju (centre) (Minister in the President's Office, Republic of Kenya)
    Originally launched in Israel, followed by the Philippines, India, Turkey, New Zealand, Japan, Argentina, Mexico, Colombia, the Czech Republic, Web Rangers is a Google-led digital literacy programme designed to educate young people about online safety and empower them to create innovative campaigns that promote safe Internet usage and champion their rights in the digital world.


    Posted by Fortune Mgwili-Sibanda, Public Policy and Government Relations Manager, South Africa.


    ====



    Célébration du programme Web Rangers en Afrique

    Les enfants doivent pouvoir naviguer sur Internet en toute sécurité. Leurs expériences en ligne doivent être amusantes et informatives. C’est pourquoi la protection des enfants qui surfent sur le Web est une priorité pour Google.

    Internet aide les enfants à faire leurs devoirs, à échanger avec des amis et à stimuler leur créativité. En même temps, il les expose à certaines des pires formes d’exploitation, de violence et d’abus en ligne.

    D’où l’importance d’une collaboration étroite pour corriger les risques liés à l'utilisation cet outil sur les enfants et pour optimiser les avantages qu'ils peuvent en retirer.

    En 2016, à l’occasion du Safer Internet Day, nous avons annoncé le lancement de notre programme d’éducation numérique, Web Rangers, dans 3 pays d’Afrique (le Nigeria, le Kenya et l’Afrique du Sud). Aujourd’hui, nous constatons avec plaisir que ce programme s’est développé de manière exponentielle dans ces pays. Grâce à une collaboration avec nos partenaires opérationnels et les services publics, le programme a eu un impact positif sur de nombreux enfants :
    • En Afrique du Sud, avec notre partenaire local Media Monitoring Africa, nous avons mis en place le programme dans trois provinces, où il concerne 2 000 écoliers, 50 volontaires et plus de 50 écoles.
    • Au Nigeria, avec le Public & Private Development Centre, plus de 2 000 enfants de 20 écoles dans trois états ont suivi la formation, mais la campagne a touché plus de 15 000 écoliers dans 36 états grâce à un partenariat avec le National Film and Video Censors Board.
    • Au Kenya, après l’initiative en 2015 du Président Uhuru Kenyatta, qui a fait appel au programme pour aider la jeunesse du pays à développer grâce à la technologie des relations pacifiées et une compréhension mutuelle au sein de leurs communautés virtuelles et de la vie réelle, le programme (via nos partenaires opérationnels Code-IP Trust, Twaweza Communications, le ministère de l’Éducation nationale et la National Cohesion & Integration Commission) a lancé un projet baptisé Amani Hangout Bridges, dont l’objectif est d’inciter les jeunes Kenyans de différents milieux à utiliser la technologie pour pacifier les relations, et encourager la diversité et la compréhension. Au total, ce sont 176 écoles qui ont participé directement au programme Web Rangers (3 500 écoliers et 1 500 enseignants), et 350 adolescents de 13 lycées qui ont bénéficié du programme Amani Hangout Bridges.
    Il y a deux semaines, nous avons réuni 26 Web Rangers des différents pays participants pour le tout premier Web Rangers Africa Summit. Les Web Rangers retenus ont pu faire connaissance, rencontrer d’autres organisations à but non lucratif qui veillent à la sécurité des enfants ainsi que des décideurs politiques, et échanger des idées visant à sécuriser Internet pour les jeunes internautes dans leur pays respectif.

    L’atelier sur la création de campagnes vidéo destinées à des publics en ligne sur des thèmes comme la diversité, l’intégration, la confiance, la tolérance et la responsabilité, a été l’un des temps forts de ce sommet. Les Web Rangers ont également appris comment identifier des situations concrètes de sécurité - notamment le harcèlement en ligne, les sextos, le partage d’informations personnelles en ligne et le « catfishing » (usurpation d’identité en utilisant des photos et informations personnelles) - et proposé des scénarios pour y répondre dans le monde réel.

    Les Web Rangers, des décideurs politiques et des professionnels de santé ont également contribué à la rédaction d’un projet de « Charte des droits et responsabilités des enfants en ligne », qui a été remise à l’Honorable Raphael Tuju, ministre au Cabinet du président de la République du Kenya. L’Honorable Raphael Tuju, qui a également remis leurs certificats de participation aux Web Rangers, a reconnu l’intérêt des programmes d’éducation numérique telles que ceux-ci, pour compléter le travail des parents, des enseignants, des tuteurs et des organismes publics visant à faire des enfants des citoyens numériques responsables.

    D’abord lancé en Israël, puis aux Philippines, en Inde, en Turquie, en Nouvelle-Zélande, au Japon, en Argentine, au Mexique, en Colombie et en République tchèque, Web Rangers est un programme d'éducation numérique de Google dont l’objectif est d'informer les enfants sur la sécurité en ligne et de les aider à créer des campagnes innovantes permettant d’utiliser Internet en toute sécurité et de défendre leurs droits dans l’espace numérique.

    Publié par Fortune Mgwili-Sibanda, responsable Stratégie et Relations gouvernementales, Google Afrique du Sud.

    Making it easier to Search in Swahili

    Habari ya leo? Swahili is one of the most spoken African languages and we’re now making it much easier for the over 100 million Swahili speakers to search for things they care about. When someone conducts a search, they want answers as quickly as possible. To help Swahili speakers discover new information more easily, we’re now making the Google Knowledge Graph available in Swahili. So next time a Swahili user is searching for Nobel Peace Prize winner Wangari Maathai, we’ll show them things, not strings – and they’ll instantly get information that’s relevant to their query such as Wangari’s date of birth, her awards, or related books about her.



    The image on the right hand side shows you the new search experience pulling information from the Knowledge Graph

    The Knowledge Graph enables you to search for things, people or places that Google knows about—landmarks, celebrities, cities, sports teams, buildings, geographical features, movies, celestial objects, works of art and more. It’s not just rooted in public sources such as Freebase, Wikipedia and the CIA World Factbook, it’s also augmented at a much larger scale—because we’re focused on comprehensive breadth and depth. The Knowledge Graph is currently available in 59 languages, mapping out how more than 1 billion things in the real world are connected, and over 70 billion facts about them. And it’s tuned based on what people search for, and what we find out on the web, improving results over time.

    We’ve now rolled out the Knowledge Graph in Swahili to users around the world. We hope that this update will make Search an even better experience for the millions of Swahili speakers in East Africa.

    Posted by Ankita Goel, Senior Product Manager
     ====


    La recherche simplifiée en swahili 


    Comment allez-vous aujourd'hui ? Le swahili étant l’une des langues africaines les plus utilisées, nous offrons désormais la possibilité à plus de 100 millions de Swahilis de faire des recherches bien plus facilement sur les sujets qui les intéressent. Et parce que nous voulons tous avoir le plus rapidement possible les résultats de nos recherches Internet, nous proposons désormais le Knowledge Graph en swahili, pour que les personnes qui parlent swahili puissent découvrir de nouveaux contenus plus facilement. Ainsi, lorsqu’un internaute fera une recherche en swahili sur Wangari Maathai, Prix Nobel de la paix, il obtiendra instantanément des informations pertinentes associées telles que sa date de naissance, les prix qui lui ont été décernés, les ouvrages qui lui ont été consacrés : la recherche ne se limitera pas à retrouver les mots-clés identiques, elle sera élargie aux concepts (ou entités) associés.



    Le Knowledge Graph permet de chercher des informations pertinentes sur des concepts, des personnes ou des lieux que Google connait : des monuments, des célébrités, des villes, des équipes de sport, des bâtiments, des éléments géographiques, des films, des objets célestes, des œuvres d’art et bien plus. La recherche ne se limite pas aux sources d'information publique telles que Freebase, Wikipedia ou le World Factbook de la CIA. Le Knowledge Graph porte sur une échelle beaucoup plus large, pour apporter toujours plus d'ampleur et de profondeur à la recherche. Le Knowledge Graph, actuellement disponible en 59 langues, recense plus d’un milliard d'entités du monde réel et les relations qui les lient les unes aux autres, et plus de 70 milliards de faits les concernant. Il est configuré à partir des recherches des internautes et du contenu disponible sur la toile. Tout cela permet d’améliorer les résultats au cours du temps.



    Dès à présent, nous lançons le Knowledge Graph en swahili pour les internautes du monde entier. Nous espérons que cette nouvelle version améliorera l’expérience de recherche pour les millions de personnes parlant swahili en Afrique de l’Est. 

    Publié par : Ankita Goel, Senior Product Manager

     ====


    Kurahisisha Utafutaji katika Kiswahili 

    Habari ya leo? Kiswahili ni mojawapo ya lugha maarufu za Afrika na kina watumiaji zaidi ya milioni 100. Sasa tunawarahisishia watumiaji hawa shughuli ya kutafuta vitu wanavyotaka. Mtu anapotafuta hoja, huwa anataka majibu haraka iwezekanavyo. Ili kuwasaidia watumiaji wa Kiswahili wagundue maelezo mapya kwa urahisi zaidi, sasa tunafanya Grafu ya Maarifa ya Google ipatikane katika Kiswahili. Hii inamaanisha kuwa endapo mtumiaji wa Kiswahili atatafuta Wangari Maathai, mshindi wa Tuzo ya Amani ya Nobel, hatutamwonyesha mfululizo wa sentensi - atapata maelezo yanayohusiana na hoja yake kama vile tarehe aliyozaliwa Wangari, tuzo alizopata au vitabu vilivyoandikwa kumhusu.



    Grafu ya Maarifa inakusaidia kutafuta vitu, watu au maeneo ambayo Google inatambua - maeneo muhimu, watu mashuhuri, miji, timu za michezo, majengo, vipengele vya kijiografia, filamu, vitu vya angani, kazi za sanaa na zaidi. Haiangazii tu vyanzo vya umma kama vile Freebase, Wikipedia na CIA World Factbook, bali pia imeboreshwa kwa kiasi kikubwa mno—kwa sababu tunalenga upana na undani wa hoja. Grafu ya Maarifa kwa sasa inapatikana katika lugha 59, inaonyesha jinsi zaidi ya vitu bilioni 1 vinahusiana katika hali halisi, na zaidi ya hoja halisi bilioni 70 zinazovihusu vitu hivyo. Na imewekwa kulingana na hoja ambazo watu wanatafuta na mambo tunayopata kwenye wavuti. Hali hii huboresha matokeo kila wakati.



    Sasa tumezindua Grafu ya Maarifa katika Kiswahili kwa watumiaji duniani kote. Tunatarajia kwamba sasisho hili litaboresha huduma ya Utafutaji kwa watumiaji wa Kiswahili katika Afrika Mashariki.

    Mwandishi: Ankita Goel, Meneja Mkuu wa Bidhaa

    Google for Nigeria: Making the internet more useful for more people

    Today, at our second Google for Nigeria event, we announced more products and programs to help more people in Nigeria and across Africa benefit from the opportunities the web has to offer.

    Google Station: high-quality Wi-Fi hotspots across Nigeria

    Access to the internet in Africa is growing but it’s still limited. Only 35 percent of Africans have access to the web, compared to 48 percent in Asia, 67 in Latin America, 85 in Europe and 95 in North America. Many internet users in Africa don’t have Wi-Fi in their homes, relying instead on the few public Wi-Fi hotspots to connect, communicate and learn.

    HE, Vice President of the Federal Republic of Nigeria,  Professor Yemi Osinbajo (SAN) at the launch of Google Station in Lagos. 
    Today, we’re announcing Google Station for Nigeria: a program to provide high-quality, high-speed Wi-Fi hotspots in partnership with 21st Century, one of the largest fiber network providers in Nigeria.

    Google Station will be rolling out in 200 locations in five cities across Nigeria by the end of 2019, bringing Wi-Fi to millions of people. Sites will include markets, transport hubs, shopping malls, universities and more. Nigeria is the fifth country in which we’re launching Google Station, after India, Indonesia, Thailand and Mexico.




    Google Go: Listen to webpages read out loud

    In April we launched Google Go, an app that makes it easy for people to discover the best of the internet, even on low-RAM smartphones or unstable network connections.

    Today, we’re taking this further by announcing a new feature within Google Go that reads webpages out loud and highlights each word so you can follow along. It's a new and easier way of using the web and it will be available for billions of pages and in 28 languages in the coming weeks. So whether you’re learning something new, need to have your hands free, or just want to kick back and let your phone do the work, Google can read it for you.

    Google Search & Maps: Helping you find what you need

    In March, we launched our job search experience in Nigeria, Kenya and South Africa and this week, we’re expanding it to another 32 countries in Africa. In Nigeria, we’re also launching a new Search experience that allows you to explore health conditions based on symptoms. And our new recipe search experience helps you easily explore options for popular meals when you need them. Jollof anyone?

    On Google Maps Go, we’re launching a navigation feature so that users with low memory phones or unstable network connections can use turn-by-turn directions whether you’re travelling by car, by bus or on foot.

    We’re also launching more Nigerian landmarks and natural wonders on StreetView, so that Nigerians and others can discover more of the country. You can now virtually tour the National Museum in Lagos, Olumo Rock in Abeokuta, the Millenium Park in Abuja, Lekki Conservation Centre and many others—all from your phone.



    YouTube Go: More control over downloaded videos

    A year ago we introduced YouTube Go, designed to improve your experience when watching videos on a slower network, give you control over the amount of data used streaming or saving videos, and to let you share videos with friends nearby.

    We’ve heard from people that they’d like to browse downloaded YouTube Go videos right from their gallery. So later this year, you’ll be able to do just that. With the launch of the .yt video file, your downloaded YouTube Go videos will behave more like files, enabling you to also share videos via various apps or delete them in bulk. One tap on the video and it automatically plays back within YouTube Go. 



    Growing with Google 

    A year ago, we announced initiatives aimed at getting people the right skills and tools to make the digital world work for them, their businesses and their communities.

    As of today, our digital skills program has trained more than 2.5 million Africans as we aim to reach the 10 million promised. We’ve also trained more than 9,000 Africans developers who are on their way to becoming Google certified. And together with our partners Udacity and Andela, we’ve provided 15,000 two-month “single course” scholarships and 500 six-month nanodegree scholarships to aspiring and professional developers across Africa.


    Supporting startups and non-profit organizations

    In March, we kicked off the first class of Launchpad Accelerator Africa, our program to provide over $3 million in equity-free support to African tech startups including mentorship, working space and access to technology. Twelve startups graduated, with more than 20 teams from Google and 40 mentors from nine countries supporting them. The startups have directly created 132 jobs and, between them, have raised over $7 million in funding. Their products are being used by approximately 4.5 million people.

    The ongoing Google Impact Challenge forms a part of our $20 million Google.org commitment to Africa over the next five years. We closed the application process with more than 5,500 entries. We’re now in the process of selecting 36 nonprofit and social enterprise innovators who have the best uses of technology to tackle Africa’s biggest challenges. 



    Android Go: Bringing the power of computing to more people

    We want people coming online for the first time to have a powerful and reliable smartphone experience. That's why this year we launched Android 8.1 (Go Edition) in Nigeria and 29 other African countries. Android Go is a configuration of Android optimised for smartphones with 1GB of RAM memory or less. By enhancing our pre-installed Google apps to take up 50 percent less space, we’ve doubled the amount of available storage on entry-level devices.

    Across Africa, Transsion, Nokia, Huawei, and Mobicel have launched various devices, starting at just over 17,000 Naira. Through Android Go, we’re enabling entry-level devices to be affordable, fully functioning smartphones that can browse the web and use apps.

    This is all part of our aim of helping more people to get access to computing, and of our ongoing commitment to building platforms and products that are useful for billions and that help people to make the most of the internet.

    Juliet Ehimuan-Chiazor
    Country Director, Google Nigeria


     ====


    Google pour le Nigéria : rendre Internet plus utile pour davantage de personnes
    Aujourd'hui, à l'occasion de notre deuxième événement Google pour le Nigéria, nous avons présenté de nouveaux produits et programmes destinés à permettre à un plus grand nombre de personnes au Nigéria et dans les autres pays africains de bénéficier des possibilités offertes par le Web.


    Google Station : points d'accès Wi-Fi de haute qualité sur l'ensemble du territoire nigérian
    Bien que l'accès à Internet gagne du terrain en Afrique, il reste limité. Seuls 35% des Africains ont accès à Internet, contre 48% en Asie, 67 en Amérique latine, 85 en Europe et 95 en Amérique du Nord. En Afrique, de nombreux utilisateurs Internet n'ont pas le Wi-Fi chez eux ; ils se servent donc de rares points d'accès Wi-Fi publics pour se connecter, communiquer et apprendre.

    Aujourd'hui, nous présentons Google Station pour le Nigéria, un programme destiné à fournir des points d'accès Wi-Fi haut débit de qualité en partenariat avec 21st Century, l'un des plus importants fournisseurs de réseau à fibre du pays.

    Google Station sera mis en place à 200 endroits dans cinq villes du Nigéria d'ici à la fin de l'année 2019, ce qui permettra à des millions de personnes d'avoir accès au Wi-Fi. Ces endroits incluront notamment des marchés, des infrastructures de transport, des centres commerciaux et des universités. Le Nigéria est le cinquième pays dans lequel nous lançons Google Station, après l'Inde, l'Indonésie, la Thaïlande et le Mexique.


    Google Go : lecture à haute voix de pages Web
    En avril, nous avons lancé Google Go, une application qui permet de profiter aisément d’Internet, même sur les smartphones avec une capacité de mémoire limitée ou sur des connexions capricieuses.

    Nous allons désormais plus loin et présentons une nouvelle fonctionnalité de Google Go qui lit à haute voix des pages Web tout en surlignant les mots prononcés pour vous permettre de suivre la lecture. Cette nouvelle manière, simplifiée, d'utiliser Internet sera disponible pour des milliards de pages et dans 28 langues au cours des semaines à venir. Si vous souhaitez acquérir de nouvelles connaissances, si vous avez besoin de garder les mains libres, ou si vous voulez simplement vous détendre et laisser votre téléphone faire le travail, Google peut lire du contenu pour vous.


    Google Search et Google Maps : vous aident à trouver ce que vous cherchez
    En mars, nous avons lancé notre outil de recherche d'emploi au Nigéria, au Kenya et en Afrique du Sud. Cette semaine, nous allons l'étendre à 32 autres pays africains. Au Nigéria, nous lancerons également un nouvel outil de recherche qui permettra d'examiner ses conditions de santé à partir de symptômes. En outre, notre nouvel outil de recherche de recettes vous permet d'étudier facilement différents choix de plats populaires lorsque vous en avez besoin. Avez-vous envie du riz jollof ?

    Quant à Google Maps Go, nous y ajouterons une fonctionnalité de navigation qui permettra aux utilisateurs dotés d'un téléphone mobile avec une capacité de mémoire limitée ou d'une connexion capricieuse d'utiliser la navigation étape par étape, qu'ils voyagent en voiture, en bus ou à pied.

    Nous allons également intégrer plus de points de repère et de sites naturels nigérians dans StreetView afin que les Nigérians et d’autres personnes puissent mieux connaître le pays. Il est désormais possible de visiter virtuellement le Musée national à Lagos, le rocher d'Olumo à Abeokuta, le Centre géographique du Nigéria à Abuja, le Centre de conservation de Lekki, et bien d'autres sites – tout cela à partir d'un téléphone mobile.


    YouTube Go : meilleur contrôle sur les vidéos téléchargées
    Il y a un an, nous avons lancé YouTube Go, une application conçue pour améliorer l'expérience de visualisation de vidéos lorsque la connexion est lente. Elle permet de contrôler la quantité de données utilisées pour regarder une vidéo en streaming ou la télécharger, et de partager des vidéos avec des amis situés à proximité.

    Certains utilisateurs nous ont signalé qu'ils aimeraient parcourir les vidéos téléchargées sur YouTube Go directement à partir de leur galerie. Cela sera possible avant la fin de l'année. Grâce au lancement du fichier vidéo .yt, les vidéos que vous téléchargerez sur YouTube Go se comporteront davantage comme des fichiers, ce qui vous permettra de les partager par le biais de diverses applications ou d'en supprimer une grande quantité. Il suffit d'appuyer sur la vidéo pour qu'elle soit automatiquement lue dans YouTube Go.


    Se développer avec Google
    Il y a un an, nous avons présenté des initiatives destinées à doter leurs bénéficiaires de compétences et d'outils appropriés afin que le monde numérique leur profite directement, mais aussi à leurs activités et communautés.

    À ce jour, notre programme de compétences numériques nous a permis de former plus de 2,5 millions d'Africains sur les 10 millions prévus. Nous avons également formé plus de 9000 développeurs africains qui sont en passe d'obtenir une certification Google. En outre, en partenariat avec Udacity et Andela, nous avons octroyé 15 000 bourses pour une formation spécifique de 2 mois et 500 bourses pour suivre un Nanodegree d’une durée de 6 mois à des développeurs aspirants ou professionnels de plusieurs pays africains.


    Soutien en faveur de start-ups et d'organisations à but non lucratif
    En mars, nous avons lancé la première classe du programme Launchpad Accelerator Africa destiné à fournir une aide financière de plus de 3 millions de dollars à des start-ups technologiques basées en Afrique. Ce programme prévoit de l’accompagnement, la mise à disposition d’espaces de travail et un accès à la technologie. 12 start-ups ont été sélectionnées, soutenues par plus de 20 équipes de Google et 40 mentors de neuf pays. Ces start-ups ont directement créé 132 emplois et, ensemble, elles ont récolté plus de 7 millions de dollars. Leurs produits sont utilisés par environ 4,5 millions de personnes.

    Le Google Impact Challenge, qui se poursuit, fait partie de l'investissement de 20 millions de dollars prévu par Google.org pour l'Afrique au cours des 5 prochaines années. Nous avons clôturé le processus de candidature après avoir reçu plus de 5500 demandes. Nous sommes à présent engagés dans le processus de sélection des 36 innovateurs à but non lucratif et entreprises sociales qui utilisent le mieux la technologie pour s'attaquer aux plus grands défis auxquels est confrontée l'Afrique.


    Android Go : rendre l'informatique accessible à un plus grand nombre de personnes
    Nous souhaitons que les personnes qui se connectent pour la première fois bénéficient d'une technologie performante et fiable sur leur smartphone. C'est pourquoi nous avons lancé cette année Android 8.1 (Go Edition) au Nigéria et dans 29 autres pays africains. Android Go est une configuration d'Android optimisée pour les smartphones dotés de 1 Go de mémoire, voire moins. En améliorant nos applications Google pré-installées afin qu'elles prennent 50% d'espace en moins, nous avons doublé la capacité de stockage disponible sur les appareils d'entrée de gamme.

    Sur tout le territoire africain, Transsion, Nokia, Huawei et Mobicel ont lancé plusieurs appareils qui coûtent à partir de 17 000 nairas. Grâce à Android Go, les appareils d'entrée de gamme sont désormais des smartphones accessibles et pleinement opérationnels, qui permettent de naviguer sur Internet et d'utiliser des applications.

    Tout cela fait partie intégrante de notre objectif, qui est d'aider davantage de personnes à avoir accès à l'informatique, et de notre investissement permanent dans le développement de plates-formes et de produits utiles à des milliards de personnes et qui aident chacun à profiter au maximum d'Internet.

    Publié par Juliet Ehimuan-Chiazor
    Directrice de pays, Google Nigéria

    Google AI in Ghana

    We've seen people across Africa do amazing things with the internet and technology—for themselves, their communities and the world. Over the past 10 years in which Google has had offices in Africa, we've been excited to be a part of that transformation. Ultimately 10 million Africans will benefit from our digital skills training program with 2 million people having already completed the course, and we’re supporting 100,000 developers and over 60 tech startups through our Launchpad Accelerator Africa. We’re also adapting our products to make it easy for people to discover the best of the internet, even on low-RAM smartphones or unstable network connections.





    In recent years we've also witnessed an increasing interest in machine learning research across the continent. Events like Data Science Africa 2017 in Tanzania, the 2017 Deep Learning Indaba event in South Africa, and follow-on IndabaX events in 2018 in multiple countries have shown an exciting and continuing growth of the computer science research community in Africa.


    Today, we’re announcing a Google AI research center in Africa, which will open later this year in Accra, Ghana. We’ll bring together top machine learning researchers and engineers in this new center dedicated to AI research and its applications.



    We’re committed to collaborating with local universities and research centers, as well as working with policy makers on the potential uses of AI in Africa. On a personal note, both of the authors have ties to Africa—Jeff spent part of his childhood in Uganda and Somalia, and Moustapha grew up in Senegal. As such, we’re excited to combine our research interests in AI and machine learning and our experience in Africa to push the boundaries of AI while solving challenges in areas such as healthcare, agriculture, and education.
    AI has great potential to positively impact the world, and more so if the world is well represented in the development of new AI technologies. So it makes sense to us that the world should be well represented in the development of AI. Our new AI center in Accra joins the list of other locations where we focus on AI, including Paris, Zurich, Tokyo, Beijing, Montreal, Toronto, Seattle, Cambridge/Boston, Tel Aviv/Haifa, New York, and our Mountain View/San Francisco headquarters. If you’re a machine learning researcher interested in joining this new center, you can apply as a Research Scientist or a Research Software Engineer. You can also view all our open opportunities on our site.



    Posted by Jeff Dean, Senior Fellow, Google AI, and Moustapha Cisse, Staff Research Scientist and lead of Google AI Center Accra





     ====



    Google AI au Ghana
    Nous avons vu les Africains réaliser à travers le continent des choses incroyables avec Internet et les nouvelles technologies, pour eux, pour leur communauté et pour le monde entier. Nous sommes heureux d’avoir pris part à cette transformation, depuis ces dix dernières années où Google a ouvert des bureaux en Afrique. Au final, 10 millions d’Africains bénéficieront de notre programme de formation aux technologies numériques. Deux millions ont déjà suivi la formation et nous accompagnons 100 000 développeurs et plus de 60 start-ups technologiques dans le cadre de notre programme Launchpad Accelerator Africa. Nous adaptons également nos produits pour permettre au plus grand nombre de profiter aisément d’Internet, même sur les smartphones de capacité de mémoire limitée ou avec des connexions capricieuses.


    Nous avons constaté depuis quelques années que la recherche sur l'apprentissage automatique suscitait un intérêt croissant à travers le continent. Les événements tels que Data Science Africa 2017 en Tanzanie, le 2017 Deep Learning Indaba en Afrique du Sud et les différents IndabaX qui se sont tenus en 2018 dans plusieurs pays, ont montré que la communauté des chercheurs en informatique était en pleine expansion en Afrique.


    Aujourd'hui, nous annonçons la création en Afrique d'un centre de recherche Google en intelligence artificielle, Google AI, qui ouvrira ses portes dans le courant de l’année à Accra au Ghana. Nous réunirons les meilleurs chercheurs et ingénieurs en apprentissage automatique dans ce nouveau centre dédié à la recherche sur l'IA et ses applications.


    Nous nous engageons à travailler en collaboration avec les universités et les centres de recherche locaux, ainsi qu'avec les décideurs, sur les aplications possibles de l'IA en Afrique. Les deux auteurs ont en commun un lien personnel avec l'Afrique : Jeff a passé une partie de son enfance en Ouganda et en Somalie, et Moustapha a grandi au Sénégal. Nous sommes ravis de conjuguer notre intérêt pour la recherche sur l'IA et l'apprentissage automatique, avec notre expérience personnelle en Afrique. Nous voulons ainsi repousser les limites de l'IA et contribuer à relever des défis dans des domaines tels que la santé, l'agriculture et l'éducation.


    L'IA peut apporter beaucoup au monde, et ce d'autant plus si les régions du monde où elle sera développée y sont bien représentées. Ce point est essentiel à nos yeux. Notre nouveau centre d'IA à Accra s'ajoute à la liste déjà longue de nos centres dédiés à l'IA, dont Paris, Zurich, Tokyo, Tokyo, Beijing, Montréal, Toronto, Seattle, Cambridge/Boston, Tel Aviv/Haifa, New York, et notre siège social de Mountain View/San Francisco. Si vous êtes chercheur en apprentissage automatique et souhaitez rejoindre ce nouveau centre, vous pouvez postuler en tant que chercheur scientifique ou chercheur ingénieur logiciel. Vous pouvez également consulter toutes nos offres sur notre site.



    Publié par : Jeff Dean, Senior Fellow, Google AI, and Moustapha Cisse, Staff Research Scientist et responsable du Google AI Center Accra

    Google Impact Challenge, Africa: Empowering Africans to drive community impact

    At Google4Nigeria in July 2017, we announced that Google.org is investing $20m in non-profits working across the continent over the next five years. Today, we’re taking the next step in making that a reality through the launch of the Google Impact Challenge 2018.

    This is the first time we are running a Google Impact Challenge in Africa. Many African innovators are doing great work with real impact and we’re keen to shine a light on them, and give a financial boost to their projects and ideas. We believe technology can help local and national organisations to better reach their goals and solve some of the continent’s most pressing challenges, and we are eager to back people who are using technology in new ways to make a positive difference in their communities.

    We’re issuing an open call for nonprofits and social enterprises in Kenya, Nigeria and South Africa to apply to receive a share of $6m in funding. Each country has $2m to be awarded to 4 winners and 8 runners up. Applications are open for the next 6 weeks, and we are inviting organisations who are using technology and innovation to create economic opportunity in their communities to step forward with their most innovative ideas.

    We're going to rely on all of you to help select the best ideas. The public will vote for the idea you believe has the most potential, and our judges will select 3 more winners after hearing in-person pitches from a set of finalists. The winning nonprofits and social enterprises will receive cash as well as access to guidance, technical assistance and mentorship from Google, which they are free to take up should they so choose.


    Many African non-profit organisations are using technology in innovative ways. However, access to funding and technological know-how are often a barrier to other, equally-ambitious projects getting off the ground. We want the Google Impact Challenge to change that, as well as encourage the entire non-profit sector to think big. Other Google Impact Challenges around the world have supported ideas ranging from smart cameras for wildlife conservation to solar lights for off-grid communities to a mobile application that helps to protect women from domestic violence.


    We are looking forward to all the great ideas from nonprofits and social enterprises.

    Mzamo Masito, Head of Marketing, Africa

    ====




    Donner aux Africains les moyens d’avoir un impact réel au sein de leurs communautés

    Google annonce l’organisation du premier Impact Challenge en Afrique, et invite les associations à but non lucratif et les entreprises d’économie sociale à soumettre leur candidature

    En juillet 2017, à l’occasion de l’événement Google4Nigeria, nous avons annoncé queGoogle.org allait investir 20 millions de dollars dans les associations à but non lucratif présentes sur l’ensemble du continent au cours des cinq prochaines années. Aujourd’hui, nous passons à l’étape de mise en œuvre de ce projet en lançant le Google Impact Challenge 2018.

    C’est la première fois que nous organisons un Google Impact Challenge en Afrique. De nombreux innovateurs africains font un travail remarquable dont l’impact est réel sur les communautés. C’est pourquoi nous souhaitons donner un coup de projecteur sur ces associations en leur apportant une aide pour financer leurs projets et leurs idées. Nous sommes convaincus que les outils technologiques peuvent aider les organisations locales et nationales à atteindre leurs objectifs et à résoudre une partie des problèmes parmi les plus urgents auxquels ce continent est confronté. Nous voulons également soutenir les personnes qui utilisent ces outils de manière innovante afin d’améliorer la vie de leurs communautés.

    Nous lançons un appel ouvert aux associations à but non lucratif et aux entreprises de l’économie sociale implantées au Kenya, au Nigeria et en Afrique du Sud afin qu’elles envoient leur candidature et relèvent le défi pour se partager un montant total de 6 millions de dollars. Chaque pays dispose de 2 millions de dollars qui seront attribués à 4 lauréats pour les premiers prix et à 8 autres pour les deuxièmes prix. Les candidatures sont ouvertes pendant 6 semaines. Nous invitons les organisations qui font appel à la technologie et à l’innovation pour créer des opportunités économiques au sein de leurs communautés à présenter les idées les plus innovantes.

    Nous comptons sur chacun d’entre vous pour nous aider à sélectionner les meilleures idées. Le public votera pour l’idée qui lui semble présenter le plus grand potentiel et notre jury sélectionnera 3 lauréats supplémentaires après avoir entendu les exposés des finalistes. Les associations et les entreprises de l’économie sociale lauréates recevront un prix en numéraire. Elles pourront également bénéficier de conseils, d’une assistance technique et de mentorat assuré par Google, en fonction de leurs souhaits.

    De nombreuses associations africaines à but non lucratif utilisent les outils technologiques de manière innovante. Cependant, l’accès au financement et au savoir-faire technologique constitue souvent un frein à la mise en place d’autres projets tout aussi ambitieux. Grâce au Google Impact Challenge, nous voulons faire bouger les choses en encourageant l’ensemble du secteur associatif à voir grand. D’autres Google Impact Challenges qui ont eu lieu dans le monde ont récompensé des idées allant de la mise au point de caméras intelligentes au service de la préservation de la faune et de la flore en passant par les éclairages à énergie solaire pour les communautés hors réseau jusqu’à une application mobile pour protéger les femmes contre les violences conjugales.

    Nous nous réjouissons à la perspective de découvrir toutes les idées formidables à l’initiative des associations et des entreprises de l’économie sociale.

    Mzamo Masito, Directeur général marketing, Google Afrique